REFLEXION

Le ministre de l’éducation nationale en visite à Mostaganem

PLUSIEURS ETABLISSEMENTS VISITES



Le ministre de l’éducation nationale en visite à Mostaganem
Le ministre de l’éducation nationale, Boubaker Benbouzid, a effectué hier, mardi, une visite de travail à la wilaya de Mostaganem  durant laquelle il a visité plusieurs établissements dépendant de son secteur.Vu son agenda chargé, le ministre a entamé sa visite par un arrêt au lycée Mohamed Khemisti (ex : ITE) où il a ouvert le sceau qui comporte les sujets du BAC de l’épreuve du français. Le ministre a, par la suite, visité plusieurs classes et il a pu constater de près le déroulement de l’examen, puis la délégation ministérielle s’est dirigée  vers le CEM Ben Aoula Ahmed de la  Salamandre où il a tenu une conférence de presse avec les journalistes présents. Cette conférence a abordé des questions liées à la tension qui règne dans le secteur de l’éducation entre autres  les cas de fraudes avant et pendant les épreuves du bac, le dernier statut des  enseignants. Abordant le sujet des fraudes, le ministre a assuré qu’une enquête a été ouverte pour identifier et arrêter les présumés auteurs de cette fraude  qui ont vendu de faux sujets de Bac une semaine avant le début des épreuves  où le contenu s’est avéré faux. Cette fraude a été découverte à Hassi Messaoud et Khenchela. Le ministre a, par ailleurs, annoncé  que tous les statuts ont été signés et le dossier est clos. Benbouzid a clôturé sa visite à Mazagran et précisément au lycée Latroche Djilali, choisi pour abriter le centre de correction des feuilles des candidats, Le ministre a mis en exergue les efforts et les contributions des fonctionnaires de l’éducation et  il a promis une meilleure prochaine rentrée scolaire.

B.Kamel
Mercredi 6 Juin 2012 - 11:29
Lu 593 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager


1.Posté par Ghodbane3labladi le 06/06/2012 14:28
A part quelques rares individualités qui se compte sur les doigts d'une main et qui sont en voie de disparition, il ne reste, dans l'enseignement, à tous les niveaux, que la cha3wadha et le matlo3. La société de laquelle sont issus les enseignants et les élèves vit dans le Moyen Age. Tel est le drame d'une population dont le ventre s'est rempli avant la tête. La rente, les gros ventres et l'apparence de la modernité ! La solution ? Créer un microcosme d'une Algérie moderne avec ses frontières, son système de gouvernance, et tous les attributs de la modernité qui vont avec (écoles, universités, valeurs,vie culturelle, etc.) ,une sorte de Taïwan qui jouerait le rôle de locomotive pour le pays, retirer tous les enfants à leurs familles dès la maternelle, et les y envoyer avec interdiction d'en sortir jusqu'à l'âge adulte. De là sortiront tous les cadres moyens et supérieurs qui féconderont le reste du pays resté dans le Moyen Age. Ne seront envoyés dans ce microcosme que les rares enseignants encore récupérables auxquels il faudra ajouter les meilleurs coopérants étrangers. Il faudra bien évidemment un visa d'entrée pour les autres Algériens, visa qui ne sera pas donné à n'importe qui pour éviter "tout risque de contamination" car l'intelligence est tellement fragile. Les rares visiteurs privilégiés qui auront l'insigne honneur de visiter cette Algérie idéale devront regarder, écouter et se taire pour la même raison. Et peut-être, au bout d'un siècle, le reste du pays suivra...

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+