REFLEXION

Le marché de proximité de Sidi Lakhdar toujours inexploité

Depuis son ouverture, il y a de cela près d’une année, le marché couvert de proximité de la localité de Sidi Lakhdar ressemble à un projet voué à l’échec. Prévu pour recevoir plus de 80 commerçants, l’infrastructure n’abrite actuellement que 4 commerces. Pourtant cette dernière ne souffre d’aucune incommodité et se trouve par conséquent dans un endroit idéal.



Sur les lieux on a rencontré seulement quatre commerçants en fruits et légumes  qui occupaient leurs étals dans un vide sidéral. Son ouverture avait suscité, parmi  de nombreux habitants de la ville, de grands espoirs. Malheureusement, le marché a peu de chance d’attirer les acheteurs. Et il ne sera jamais attractif tant que le ‘’souk’’ quotidien  investi principalement par des vendeurs informels continue à se tenir au niveau de l’enceinte du Souk hebdomadaire (Souk El Djemaa). Ce nouveau  marché de proximité est peut être condamné à la fermeture affirme, dépité, certains commerçants et autres riverains. L’infrastructure commerciale en question, qui entre dans le cadre du programme du président de la République et réalisé à coups de milliards devait, en effet, permettre l'éradication définitive des marchés informels à Sidi Lakhdar. Ce qui n’est pas le cas dans cette localité. D’ailleurs, le souk quotidien continue d’être à l’origine et depuis longtemps déjà, des désagréments pour les habitants du quartier  et plus particulièrement professeurs et élèves du fait qu’il se trouve à quelques mètres seulement d’un collège d’enseignement moyen. Les responsables concernés ont même interpellé les autorités compétentes, mais en vain. Parmi les tracas, nous dit-on, le tintamarre, la saleté et les détritus abandonnés qui dégagent de mauvaises odeurs et prolifération de divers insectes nuisibles. À tout cela, s’ajoute  la prolifération des chiens errants .Une véritable menace pour les collégiens. En somme, la dynamisation de l’activité commerciale au sein dudit marché couvert de proximité  repose donc sur la prise de décision des responsables quant à l’irradiation de toute activité commerciale anarchique et la mise en demeure des bénéficiaires qui continue de déserter les lieux, dira perplexe un ancien élu du peuple.

Hagani
Mardi 13 Mai 2014 - 11:08
Lu 197 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+