REFLEXION

Le maire qui a trompé nos élus

LE MAIRE DE PERPIGNAN JEAN MARC PUJOL UN NOSTALGIQUE COMME TOUS LES AUTRES PIEDS NOIRS

A l’approche du cinquantième anniversaire du 19 mars 1962, c’est l’effervescence dans les milieux pieds noirs, du fait que plusieurs festivités sont prévues, et voilà que comme par hasard l’on retrouve en première ligne la maire de Perpignan M. Jean-Marc Pujol qui ouvre la marche alors qu’il ‘y a pas si longtemps il a voulu nous faire croire le contraire et se défendait même d’appartenir aux nostalgiques de l’Algérie Française.



Le maire qui a trompé nos élus
Aujourd’hui l’on vient d’apprendre que ce cher maire allait inaugurer le 29 janvier, le Centre de documentation des Français d’Algérie, dans l’ancien couvent Sainte-Claire et ce le jour même ou la présidente du Front National tiendra un meeting. L’on a appris aussi que Marine Le Pen sera invité à la Cérémonie, ce qui n’a rien de coïncidant, surtout que celle-ci est en quête de voix et ne peut trouver plus important réservoir que celui de la communauté pied noir de Perpignan, qui reprend du poil de la bête, sous la conduite du maire Jean Marc Pujol donnant ainsi le coup d’envoi  de l’inauguration de stèles et autres cérémonies à la gloire du colonialisme  . Premier du genre en France, ce centre de documentation des français d’Algérie met en lumière l’acharnement des  nostalgiques contre l’Algérie. M. Jean-Marc Pujol d’un côté il vient en Algérie et spécifiquement à Mostaganem ou il est né pour un jumelage et de l’autre il met tout son savoir faire au service des pieds noirs, il est clair que le centre de documentation est constitué que de fonds gérés par le cercle algérianistes des Pyrénées-Orientales. En venant en Algérie, il a trompé nos élus qui se sont fait une joie de l’accueillir et de lui rendre la pareille. Jean Marc Pujol a toujours joué un double jeu, et a  la ferme volonté de s’inscrire dans la continuité nostalgique qui fait que même si cet élu est venu en Algérie dans le cadre du jumelage, il vient de montrer clairement son jeu et sa vraie nature. Pour rappel, en juillet 2005 la municipalité et le cercle algérianiste de Perpignan avait officialisé le projet de « mur des disparus ». et ce Cinq mois à peine après le vote par la droite à l’Assemblée nationale de la loi du 23 février demandant dans son article 4 que les programmes scolaires « reconnaissent le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord ». Le 7 juin 2005, vive protestion contre l’association pro-OAS Adimad qui, ce même jour au cimetière du Haut-Vernet, a décidé de rendre hommage aux assassins du commissaire d’Alger Roger Gavoury.  Ce qui se passe à Perpignan est orchestré par des organisations pro-OAS  qui fontt dans l’apologie du colonialisme et des crimes commis. Puisque  Nicolas Sarkozy s’est engagé à « ne jamais sombrer dans la démagogie de la repentance». Jean MARC Pujol  souhaite « que les victimes françaises innocentes de cette guerre, jusqu’à l’indépendance, et, tout particulièrement, les victimes du 26 mars 1962, se voient reconnaître la qualité de "morts pour la France" et que leurs noms figurent sur une stèle officielle ». Comme c’est curieux , pour un maire qui s’était indigné lorsqu’on a évoqué le passé criminel de son père pendant la guerre d’Algérie, voilà que la vérité éclate enfin et que celui-ci vient d’apparaître sous son vrai visage. Comme dit l’adage : « il n’y a jamais de fumé sans feu ». 

L’ALGERIEN  ABED HAMMOU VIVANT A PERPIGNAN TEMOIGNE :
Je suis un mostaganemois vivant à perpignan depuis 1964. J'ai suivi grâce à votre journal la problématique du maire de Perpignan. Celui ci n'est devenu maire que grâce à la démission de Mr JP ALDUY empêtré dans une triche électorale tristement nommée  l'affaire des chaussettes. Je regrette par ailleurs que des politiques mostaganemois en l'occurrence le maire de la ville des mimosas reçoive avec les honneurs un homme de droite ayant travaillé avec l'extrême. Cet homme est toujours Algérie française. Son action actuellement est seulement tournée vers les harkis en les gratifiants de décorations. JAMAIS IL N'A EU UNE ACTION QUELCONQUE EN FAVEUR DE NOTRE COMMUNAUTE. A PERPIGNAN LES MOSTAGANEMOIS SONT NOMBREUX. Il vient de récidiver car il va inaugurer la maison des français d’Algérie, ce regroupement organisé par le cercle algérianise ayant monté une stèle en l'honneur des assassins de l'OAS et le mur de la honte. Pour cette inauguration il dit qu'il n'a pas invité Marine LePEN et son conjoint ALIOT. Mais personne n'est dupe elle y sera car c'est un tremplin pour les élections présidentielles. C'est sa manière d'aider sa famille.  Il la recevra avec les honneurs. Il parle aussi du jumelage avec Mostaganem et des échanges sportifs. Je ne comprends vraiment pas pourquoi le maire de Mostaganem reçoit cet homme, fait un jumelage et organise des échanges. Cet homme Anti Algérien jusqu'à la moelle se comporte comme un raciste vis à vis de notre communauté et nos martyrs. Honte donc aux élus de la commune de Mostaganem d'avoir établi une relation non réciproque.               
Signé :Abed HAMMOU



Benyahia Aek
Mercredi 18 Janvier 2012 - 21:31
Lu 1796 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+