REFLEXION

Le maire de Mostaganem à “Réflexion”

AFFAIRE DES CIMETIERES, L’HYGIENE, GESTION DE LA COMMUNE ET LE JUMELAGE AVEC LA VILLE DE PERPIGNAN

Après l’affaire des cimetières qui a fait la une de notre journal, l’environnement et l’hygiène qui ont fait des mecontents au sein de la population mostaganemoise et autres dossiers concernant la gestion de l’APC de Mostaganem. Le maire M Boukhari Senouci a tenu a donné certains éclaircissements et par la même occasion rendre public son bilan de quatre années et demi ! Autour de ces sujets, le journal Réflexion à interviewé, Monsieur Boukhari. Voici ses réponses et aux citoyens d’en juguer :



Le maire de Mostaganem à “Réflexion”
Réflexion : Donnez-nous un aperçu sur l’APC de Mostaganem
P/APC : La commune de Mostaganem, est chargée avant tout de gérer tous ce qui est public à commencer d’abord par l’état civil, à savoir qu’elle est chargée de délivrer les documents d’état civile telles que les extraits de naissance, de mariage, de décès, fiche individuelle, familiales et autres comme vous le savez tout est enregistré à son niveau, ça c’est sa fonction principale avec tout ce qui est public et qui vise l’intérêt de la communauté.

Réf : Comment gérez-vous toutes les affaires de la commune?
P/APC : La commune pour gérer, est appelé parfois à sous-traiter ou bien donner des concessions et c’est d’ailleurs la chose par laquelle on a commencé, surtout pour ce qui est de l’enlèvement des ordures ménagères. Pour y remédier nous avons fait appel à plusieurs entreprises privées, et je vous garantie que ça revient deux fois moins chers, pour la collectivité locale. Nous sommes dans la bonne voie, afin d’améliorer les conditions de vie, que se soit en matière d’alimentation en eau potable, d’assainissement, d’éclairage public, d’entretien de la voierie et autres missions dont nous sommes chargés.

Réf : Tous les habitants sont convaincus que Mostaganem est sale ! Que pensez –vous ?
P/APC : Vous savez nous essayons d’agir, pour le bien de la communauté et pour cela, nous continuons à œuvrer dans ce sens. Récemment, nous avons créé une brigade d’urbanisme ( police urbaine de protection de l’environnement) qui sera chargée dorénavant de contrôler tout ce qui est lié à l’hygiène et autres fléaux dont la ville souffre afin de rendre la cité vivable. Cette brigade aura pour mission d’aller sur le terrain pour contrôler tout ce qui est hygiène et infractions à savoir : décombre, ordures et autres dépassements constatés et tout citoyen qui ne respectera pas ces nouvelles mesures, sera verbalisé, en attendant nous sommes entrain de le sensibiliser. Cette nouvelle action s’inscrit dans une nouvelle approche et une nouvelle dynamique et nous avons commencé par la prévention et la sensibilisation des gens, pour qu’ils prennent conscience, afin que nos quartiers, nos rues et nos artères soient plus propre pour préserver en même temps le cadre de vie du citoyen. Il faut pour cela que les gens respectent, les horaires d’enlèvement des ordures, pour notre part nous essayons de répondre aux exigences de l’heure, parce que nous avons assez parlé ordures ménagères depuis le temps et il faut que le citoyen s’implique lui aussi, pour cela nous avons fait du porte-à-porte, malheureusement, nous avons des gens qui ne respectent pas les horaires pour sortir leurs ordures ménagères, au moment idéal alors qu’ils ont jusqu’à 22h, du fait que les enlèvements commencent à partir de 23h. Pour sensibiliser les gens nous avons demandé la contribution des mosquées, des écoles primaires et nous avons distribué plus de 30 000 dépliants et mis à contribution les comités des quartiers pour plus de sensibilisation de la population et l’on continuera dans ce sens afin d’éradiquer ce phénomène et passer à un autre système, qui est l’enlèvement sélectif, à savoir : (tout ce qui est dégradable), les verres a part, et le plastic a part, comme en Europe. Il n y a pas mieux que la sensibilisation, nettoyer c’est bien, mais ne pas salir c’est encore mieux et c’est nettement moins chers. Il faut aujourd’hui que l’on se consacre, uniquement aux tâches principales surtout pour ce qui est de l’urbanisme, à savoir développer, parce qu’il ne faut pas oublier que la ville grandi et que le centre doit être entretenu, du fait que les bâtiments se dégradent, comme vous l’avez peut être constaté, les balcons qui commencent à s’effriter, d’où les risques d’accident et nous avons pas mal de choses à faire, comme vous le savez ces infrastructures ne dates pas d’aujourd’hui et c’est compliqué du fait que c’est des bâtiments collectifs, mais nous espérons y remédier. En ce sens nous avons suggéré l’idée du syndic, car nous avons un décret qui existe depuis 1983, qui porte le numéro 666, concernant la gestion par les syndics. Tenez, en France ça marche bien et tout est géré par les syndics, et chaque immeuble est pris en charge, et comme chez nous les habitants vivent en copropriété, et tous participent à l’entretien pour réduire les charges. Les locataires peuvent créer son syndic et c’est la commune qui est chargé de signer l’arrêté. Dans la cité 5 juillet, il y a des magasins, qui se sont pris en charge, on les a aidé à installer les rideaux de fermeture, le soir quand ils ont terminé leur travail, et il y a même un gardien.

Réf : vous dites que le citoyen est responsable et l’APC que fait-elle ?
P/APC : La fonction principale de la commune, est tout a fait primaire, seulement quand les gens ne respectent pas les lois c’est l’anarchie, aussi il faut que le citoyen contribue pour nous faciliter la têche. Pour notre part nous avons commencé par nous organisé, pour redonner une image plus accueillante à la ville, de ce fait nous avons réceptionné des camions à bene pour le ramassage des décombres et pour l’arrosage pour renforcer notre parc car le privé peut être défaillant et nous avons commandé encore des pelles mécaniques et camions balayeurs et tout dépends des délais mais nous les auront peut être d’ici la fin de l’année. Nous avons commencé le ravalement des immeubles comme vous l’avez peut être constaté et nous avons fait appel à des entreprises dans le cadre l’ANSEJ. Pour le jardin public nous avons fait aussi appel à des paysagistes professionnels qui ont fait une étude et les travaux commenceront dans les semaines à venir.

Réf : Vous êtes allé à Perpignan, certains vous accuse que vous avez tendu la main aux pieds noirs !
P/APC : les gens disent des choses, mais chacun sait que nous sommes parti, dans le cadre du jumelage, et nous n’avons pas failli à notre devoir en tant qu’élu et citoyen algérien. Bien avant nous il y a eu le jumelage entre Mostaganem et Grenoble et notre mission est claire. Nous avons été invité, uniquement dans ce cadre et cela nous a permis entre autres de voir comment fonctionne les communes, d’ailleurs notre voyage est strictement d’ordre professionnel et les échanges ont été bénéfiques. Cela nous a aussi permis entre autres de côtoyer d’autres élus. Je peux vous dire que cela a été une riche expérience du fait que nous avions été invités par la chambre du commerce de Perpignan et nous avons vu que l’agriculture en France tient une grande place et se développe par rapport à nous, alors que nous avons les possibilités de mieux faire et beaucoup de périmètres encore sous exploités, quand vous voyez la variété de fruits et de légumes qui existent vous êtes sidérés de voir les quantités disponibles et la qualité, des produits contrairement à nous alors que nous pouvons développer l’agriculture en Algérie, Ils ont le marché de saint Raphaël, qui dessert toute la France, alors que nous à notre niveau nous avons le port de Mostaganem qui n’est pas loin de Port-Vendres si nous pouvions développé notre agriculture et l’exporté, se serait un grand pas que nous aurons franchi En matière de gestion de la commune, celle-ci gère à distance tout ce qui est public, et cela nous a donné une idée du travail effectué au service du citoyen Français. Il n’y a pas que nous qui sont invités dans le cadre du jumelage car il existe entre les villes européennes et ce depuis plusieurs années. Ce jumelage nous a aussi de voir comment fonctionnent les communes d’outre mer. Ce qui est le plus frappant c’est la gestion de la collectivité locale, tout est géré électroniquement à partir d’un centre à distance et par des systèmes de vidéo surveillance, même les feux tricolores, ce qui n’est pas notre cas, cette visite dans le cadre du jumelage nous a appris beaucoup de choses de par l’expérience acquise et nous essayerons d’en tirer le maximum et ce pour le bien de la communauté.

Réf : Parlez nous des 150 milliards qui dorment dans vos caisses !
P/APC : Celui qui a dit que 150 milliards dorment ne sait pas ce qu’il dit et l’information est complètement erronée, car il faut savoir que 80% du budget est consacré au fonctionnement, prés de 5 milliards pour l’éclairage public, l’entretien de la voierie, 3 % pour tout ce qui est culturel, 2 % pour le sport, 4 % pour la wilaya, et prés de 10 % rien que pour l’équipement, ont peut dire que le budget est équilibré et nous nous utilisons l’argent du contribuable selon les chapitres et les besoins. il ne faut pas oublier que Mostaganem a bénéficié, de plusieurs projet, à savoir : des écoles primaires des CEM, des lycées , des centres de santé , des bibliothèques et autres infrastructures non moins importantes. Pour ce qui est du développement du chemin de fer, c’est une question technique qui est à l’étude et c’est à la SNTF que revient la charge de concrétiser le projet, car comme vous le savez il existe depuis longtemps et il sera d’un apport considérable pour la ville de Mostaganem en de transport de voyageurs et d’affrètement. Concernant l’informel et le squattage des espaces, nous avons un projet avec la direction du commerce pour créer des espaces à l’extérieur de la ville et dans les quartiers, pour celui qui veut travailler mais ce que je souhaite c’est la création d’emploi et la formation. Le désengorgement de la circulation sera beaucoup plus fluide lorsque l’on fera le ménage, c'est-à-dire que l’on aura fini avec la réorganisation des espaces qui sont squatté et qui empêche même le piéton d’emprunter les trottoirs. Ce qui nous permettra de développer les arcades et tous les espaces. Ain Sefra on est entrain d’assainir la situation en améliorant les conditions et en réaménageant des espaces avec des sortes de pré haut, qui donneront une autre image qui ne choque pas.

Réf : Des cimetières abandonnées et des ossements humains a ciel ouvert est ce que vous avez la conscience tranquille ?
P/APC : Quand j’ai vu le cimetière de Sidi Maazouz c’est vrai j’ai été choqué, mais comme vous savez ce n’est pas la commune qui gère ces lieux c’est les affaires religieuses, mais le citoyen y est pour beaucoup Cependant lorsque l’article est paru dans le journal nous nous sommes dépêchés sur les lieux et nous avons entrepris les travaux. Vous pouvez me croire, c’est une chose terrible de voir dans quel état était ce cimetière, quant à celui se sidi Kaid Mohamed, n’est pas resté les bras croisé puisque je me suis déplacé avec les services de police pour constater et l’APC a déposé plainte immédiatement contre X et une enquête a été ordonnée par le procureur de la république prés le tribunal de Mostaganem, même la police scientifique a été sur place pour des prélèvements et nous attendons les résultats de l’enquête , d’un autre côté nous avons pris contact avec les comités de quartier et sensibiliser les riverains pour veiller à ce que l’on ne déverse plus les ordures dans ces lieux sacré pour que cela ne se reproduise pas, et je crois que notre appel a été entendu. Puisque nous parlons de cimetière, vous savez que celui de Sidi Benhaoua et sur le point d’être saturé, aussi nous n’avons pas attendu pour chercher un nouveau terrain et nous l’avons obtenu, sa superficie est de dix hectares il est situé à Sidi Othman. Pour ce qui est des bidonvilles et les maisons qui menacent ruine il y a lieu de savoir que toutes les dispositions ont été prises et à chaque relogement tout sera passé au bulldozer, pour qu’il n’y est pas d’autres familles qui viendront les remplacés seule façon de mettre fin à ce cycle infernal. Le mot de la fin, j’invite tous les citoyens à s’impliquer dans le développement de la ville, afin de lui rendre sa splendeur.

Benyahia Aek
Vendredi 18 Novembre 2011 - 22:49
Lu 1247 fois
A LA UNE
               Partager Partager


1.Posté par matmartin le 29/06/2012 11:38
Bonjour à tous, je vis à paris rive gauche et je suis allé visité Mosta Mai 2012. Les gens sont d'une gentillesse époustouflante, par contre la ville est très sale. En résumé, Mostaganem est quand même une belle ville sur les photos de l'époque française mais maintenant tout tombe en ruine, je me suis attablé en terrasse dans le centre ville qui ressemble plus à un marché arabe à ciel ouvert (un souk)... en levant la tête sur ces beaux immeubles laissés à l’abandon.. le quotidien pour les gens est très dur la bas, où la vie revient trop cher pour le peuple qui ne travaille pas... Les rues sont clairement sales, l'insécurité est pesante.. les cafés sont très sales, les tables sales et beaucoup de mouches.. les gens qui travaillent dans ces lieux sont fâchés avec l'eau et du laisser aller ... pour eux la bas c'est normal.. le 3ème jours de mon séjours à Mosta je suis tombé malade comme un chien à cause d'un sandwich acheté dans un endroit qui m'a paru propre ... Je ne sais pas si vous avez lu le monde le mois de mai dernier, 95% des chirurgiens praticiens ne se lavent pas les mains avant l'opération en Algérie. Une enquête de la DGCCRF à montrer qu'un grand nombre de sandwicheries, boulangerie et autres kébab ne respectaient pas les règles d'hygiènes de bases. (En gros 90% pour les sandwicheries et 92% pour les kebab...
Après analyse, ils ont retrouvé de la viande avariée, des staphylocoques, des germes, des traces d'urines et des matières fécales. Je n'avais pas confiance à la base, la bas mais maintenant c'est fini pour moi.. je trouve ça vraiment dégueulasse.. je suis tombé malade et j'ai faillé crevé.. Pour l'info, j'ai visité le marché couvert de Mosta mais hélas , les trois ponts ont disparu et un marchais qui ressemble à bidon ville qui a pris place ....

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+