REFLEXION

Le maire de Ch’haima (Tiaret) relevé de ses fonctions



Le président  de l’assemblée populaire communale de Ch’haima, dans la wilaya de Tiaret, a été relevé de ses fonctions suite à une  condamnation à  6 mois  de prison avec  sursis  assortie d’une amende pour  coups  et blessures volontaires commis  sur la personne d’un citoyen. Les faits  remontent à l’année passée lorsque des citoyens voulaient  fermer le siège  de  l’APC pour exprimer leur mécontentement au sujet  de la  décadence de leur situation sociale et revendiquer leurs droits au  développement, un vieillard s’est vu tabassé par le maire et ses proches. Une plainte  fut déposée et un jugement rendu, condamnant le maire à une peine de six mois avec sursis et une amende ce qui a valu  sa relève de ses fonctions.  Généralement c’est ce que fait la force des élus des communes steppiques, où prévaut l’esprit tribal, pour la pérennité de l’ascendance exercée par une tribu sur les riverains et empêcher toute protestation sociale.  
                           

Fayçal
Mercredi 4 Janvier 2012 - 11:28
Lu 356 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+