REFLEXION

Le laxisme et le fait accompli



« Je l’ai réalisé, terminé à 100%, vous devez régulariser la situation de mon hôtel ». Ce sont les propos d’un investisseur à Ghardaïa qui a accaparé une assiette foncière au su et vu de tous pour y construire un hôtel. Et depuis les fondations, personne n’en a soufflé mot. Aujourd’hui l’hôtel est bel et bien terminé sur un terrain qui appartient à priori à l’Etat puisque juridiquement il n’appartient pas au propriétaire de l’hôtel. Mise devant le fait accompli, l’Administration cherche un moyen pour s’en sortir de cet engrenage dans lequel elle s’est mise. Si ce n’est son laxisme et son attentisme, l’investisseur n’aurait certainement pas réalisé tout un hôtel sans qu’il y soit détenteur d’un acte de propriété. C’est à se demander aussi, comment a-t-il pu acquérir son permis de construire ? On aura tout vu dans notre pays.

Réflexion
Mardi 14 Juin 2011 - 10:15
Lu 356 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+