REFLEXION

Le lait sous haute tension à Oran



Le lait sous  haute tension à Oran
Après une trêve qui a duré quelques mois, voila que la ville d’El Bahia vit au rythme de pénuries de lait depuis quelques semaines.
Ce produit de large consommation est pratiquement introuvable. Résultat, des centaines de clients sont contraints à faire la chaîne pour acquérir au moins un sachet. «Il faut se lever très tôt, sinon vous êtes obligés d’acheter le lait en poudre dont le prix dépasse les 200 Da», dira un villageois. Bien que l’approvisionnement ne soit pas interrompu, les quantités destinées aux commerçants sont loin d’être satisfaisantes. «D’habitude, j’ai toujours  500 caisses, mais avec cette crise, le nombre est restreint», déclare un commerçant. D’autres concitoyens préfèrent la destination des quartiers limitrophes pour s’approvisionner en lait «de la ville de Mascara», tandis que les citoyens de Hai Yassmine subissent un cauchemar. En effet, les habitants sont obligés de rallier le marché de la rue de  la  bastille quotidiennement, en l’absence de lait en sachet chez leurs commerçants. «Impossible d’avoir un sachet de lait ici, ça dure comme ça depuis quelques semaines, donc nous sommes obligés d’aller à la rue de la bastille avec le risque même de ne pas acquérir un sachet», nous confie un jeune. Face à cette situation, les commerçants ont instauré depuis quelques jours le système de limitation à 4 sachets par client.
«A travers cette opération, on vise à satisfaire et contenter le plus grand nombre de clients», dira Ahmed,  propriétaire d’une alimentation. Avec cette crise, la plupart des familles se rabattent sur le lait en poudre, dont les prix ont touché le plafond. Même le lait de vache dépasse les 40 Da le litre. En attendant, le feuilleton de la pénurie de lait continue !
              

Medjadji H
Dimanche 8 Janvier 2012 - 11:17
Lu 300 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+