REFLEXION

Le lait en sachet à 50 DA dans la wilaya d’Oran!



Le lait en sachet à 50 DA dans la wilaya d’Oran!
Il est devenu habituel pour nos commerçants de sauter sur la moindre occasion pour procéder, à leur guise, à des hausses de  prix, notamment sur les produits alimentaires de large consommation tel que le lait en sachet. Le mauvais temps qui n’a pourtant duré qu’une seule journée, a été saisi comme une opportunité par une grande partie de commerçants, dans certains villages de la daïra de Ain  El Turck  et même dans  des quartiers à Oran, pour augmenter le prix du sachet de lait jusqu’à 40 et 50 DA. Dans la commune d’Arzew, par exemple, que se soit au chef-lieu communal ou encore au village d’El Mohgoun, les citoyens ont eu du mal à pouvoir trouver un sachet de lait, et cela depuis la journée du lundi, voir même du dimanche, juste après l’annonce des prévisions des services météorologiques annonçant la neige dans certaines wilayas de la  région Ouest, notamment Mascara El Bordj et Tiaret  . En effet, dès l’annonce du BMS, plusieurs citoyens ont vite fait de multiplier leurs achats en stockant différents produits de base tel que le lait, la semoule, les légumes… et ce, par crainte que la neige les isole dans leurs foyers. Une attitude tout à fait logique dans des situations pareilles. Cependant, ce qui n’est pas normal, ce sont ces commerçants, sans scrupules, qui ont saisi l’occasion pour essayer d’augmenter, en un laps de temps  très court, leur chiffre d’affaire. « Le pire, c’est que nous, les citoyens, ne réagissons pas et acceptons de subir toutes ces augmentations que les commerçants nous imposent», regrette un citoyen. Les commerçants, de leur côté, s’en lavent les mains. Certains ont tout simplement incombé la responsabilité aux revendeurs. « Je n’ai  pas rajouté un centime, moi-même j’ai payé le sachet de lait à 50Da, et sachez que c’est par miracle que j’ai pu avoir une petite quantité », déclare un commerçant d’El Mohgoun  répondant à une mère de famille qui s’interrogeait sur cette soudaine augmentation. Il est à souligner qu’il y a quand même des épiciers qui n’ont pas procédé à la hausse des prix malgré le mauvais temps par lequel les autres justifient l’inflation. « Il y a tout de même des commerçants qui n’ont pas pratiqué cette augmentation et qui ont distribué le lait le plus normalement du monde ». Un autre citoyen se dit « habitué à ce genre de pratiques, il est important de dire qu’il y a ceux, d’entre les commerçants qui cachent et stockent les produits de large consommation à la veille de chaque situation de crise, c’est une bonne occasion pour eux de vendre plus et plus cher».                                       

Medjadji H
Lundi 6 Février 2012 - 11:00
Lu 381 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+