REFLEXION

Le journal se vend à 15 DA à Fornaka

Malgré plus de vingt ans d’âge, le pluralisme qui a touché le monde de la presse écrite, et qui est à l’origine de la multiplication actuelle des titres de presse, ne semble pas profiter encore d’une façon équitable à tous les citoyens, à en juger par la situation que vit le lectorat de la commune de Fornaka.



Le journal se vend à 15 DA à Fornaka
En effet, jusqu’à l’heure de la rédaction de ces lignes, la  commune de Fornaka ne compte toujours pas dans le réseau de  distribution de la presse écrite locale et nationale. Par le passé lointain, le lecteur devait se déplacer hors de la commune pour acheter son journal préféré. Mais aujourd’hui, il n’a plus besoin de faire ce déplacement, et pour cause,  presque tous les journaux sont maintenant disponibles  chez les buralistes. Néanmoins, cette disponibilité de la presse écrite, toujours coûteuse pour le lecteur comme il sera expliqué plus loin,  est trompeuse, car elle est le résultat d’une solution palliative au réel problème d’exclusion  de la commune de Fornaka du circuit des livreurs de journaux. Cette solution, qui n’en est pas une en réalité, découle en fait d’une initiative privée des buralistes, lesquels se sont rendus compte du vide en matière de journaux et s’y sont magistralement engouffrés. Les raisons évidentes de cet investissement des buralistes dans le créneau  des journaux n’ont bien entendu rien d’un geste purement désintéressé  destiné uniquement à rompre l’isolement de la commune en matière de distribution de presse écrite et à  répondre à un besoin  légitime des citoyens en matière d’information. Le journal  est en effet écoulé à raison  de 50% de son prix public nettement inscrit en haut de sa Une. Pour justifier les  5 dinars de gain  qu’ils empochent sur chaque titre vendu, une marge jugée par ailleurs excessive par les lecteurs, ces buralistes brandissent  le prétexte de leurs frais de déplacement pour ramener les journaux  depuis les communes avoisinantes.  Ne sachant plus à quel saint se vouer, le lectorat de la commune de Fornaka  continue donc, résigné, à payer 2 journaux au prix de 3. Quant aux buralistes qui rendent un précieux service au lectorat tout de même, et qui tirent « légitimement » profit  de cette  fausse crise de journaux dont, au demeurant, ils ne sont nullement responsables, ils devraient certainement se dire, en privé: pourvu que ça dure ! Indéfiniment…

Mokhtar Aicha
Lundi 2 Avril 2012 - 13:04
Lu 421 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager


1.Posté par Journaliste27 le 02/04/2012 18:56
MORT DE RIRE, C'est pas une nouvelle à apprendre dans un journal.

2.Posté par sumplementmoi le 02/04/2012 19:22
quelle belle informatuon.....

3.Posté par Kamel le 04/04/2012 12:16
Les 20DA ne vont pas tarder (LOL).

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+