REFLEXION

Le harcèlement sexuel



Dans les autres  nations, l’éducation à tous les  cycles, est confiée aux personnes ayant fait l’objet d’une étude approfondie sur leur passé scolaire et  professionnel. Connaitre toutes les incompatibilités possibles qui pourraient influencer leur comportement irréprochable et faire une  orientation objective de tout un chacun.   Dans nos facultés et instituts, il est difficile de prouver le harcèlement  sexuel, devenu un phénomène d’actualité qui mérite une  réflexion. Un professeur qui, de  surcroit universitaire, harcèle les étudiantes venues  en quête du savoir et de la science dans le souci de donner une bonne éducation aux futures générations et participer pleinement au  développement  socioéconomique de  leur pays, est  indigne du  professorat. Il n’a aucune valeur morale et mérite  d’être traité en tant que tel.  Certaines étudiantes sont venues à l’université avec une phobie, d’être gardées à la maison à la moindre remarque défavorable même injustifiée. A cela, vient s’ajouter la peur  de dénoncer le harcèlement sans pouvoir en produire les preuves accablantes, préfèrent  se taire que d’avancer des faits qu’elles ne pourront établir et en assumer les  conséquences souvent fâcheuses, car pour  elles «  un sage n’avance jamais ce qu’il ne peut pas  prouver ». Plusieurs  étudiantes ont préféré  abandonner leurs  études que de céder aux désirs des « loups-garous ». Quant à celles ayant, peut être, des prédispositions acceptent et subissent. En fin de compte elles  s’aperçoivent  de leurs erreurs monumentales. Ainsi, elles sont  devant le fait accompli, avec une moralité qui prête à équivoque ! L’université doit rester  un espace pour la recherche scientifique, le savoir et la  formation des futurs cadres. Pour cela, les responsables concernés ; parents  et pouvoirs publics, sont interpellés d’agir avant qu’il soit trop tard pour éradiquer ce  danger qui guète  nos filles et nos  sœurs, Il gangrène la communauté universitaire, détruit la personnalité  aussi bien de la  victime  que  de  l’auteur. Quel sera  donc alors le  devenir d’une  société dont les cadres sont  d’une personnalité amoindrie et d’une moralité douteuse? Le harcèlement sexuel,  n’est pas  spécifique  à l’université, il a touché tous les  secteurs, il s’agit donc d’un phénomène  en prolifération  rapide qu’il faut combattre jusqu’à anéantissement et  assainir l’université des « microbes véreux ». Ou attendre éternellement la production et le  rassemblement  des preuves ?   

A. Boughalim
Dimanche 12 Décembre 2010 - 11:02
Lu 608 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+