REFLEXION

Le film « les clandos » traine

A CAUSE D’UNE AFFAIRE DE VISAS



Le film « les clandos » traine
Le réalisateur du film « Les clandos », Kader Bouhadi, ne comprend pas pourquoi le consulat a refusé de délivrer des visas d’entrée pour son équipe (acteurs et comédiens) afin de terminer le tournage de son deuxième film. A signaler que le film est tourné à 75% et que les quelques scènes qui devront être tournées en France permettront à l’équipe de terminer le travail et de passer au montage, une autorisation de tournage a été délivrée pour le jeune réalisateur de la part de la mairie où seront tournées les quelques scènes restantes. Quelques 19 personnes font partie de l’équipe qui devrait se rendre en France et un relevé de compte de 70.000 euros a été présenté avec la demande. Ce qui démontre que la délégation a les moyens de se prendre en charge et que ce refus est motivé par des considérations que seul le consul connait. Ce qui chagrine Bouhadi, c’est que des personnes sans prétexte évident arrive à avoir un visa d’entrée et parfois des visas de longue durée alors que lui se voit refuser un droit puisque c’est tout un travail qui est foutu en l’air à cause d’une décision irréfléchie et incompréhensible. Le film est à l’arrêt et Bouhadi attend que son recours aboutisse. Après la fin du tournage de ce film, Kader a l’intention de s’attaquer à un sujet très sensible qui est celui de la violence dans les stades; Bouhadi veut inciter les jeunes au fairplay dans nos stades. Une initiative à encourager et à prendre en considération puisque nos stades sont devenus des endroits non fréquentables et des lieux où on cultive la haine et la violence. Le jeune réalisateur, qui est le premier à avoir produit un film sans aucune aide matérielle et à 100% Mostaganémois, a besoin d’être encouragé et d’un vrai coup de pouce des autorités locales. Aucune aide financière et aucun sponsor ne se sont manifestés, cela est une forme de découragement mais il continue tout de même à se battre pour donner un coup de neuf au cinéma Algérien. C’est dommage de voir que des années après l’indépendance, on n’arrive pas à enrichir le programme national avec de nouveaux films et on est obligé de repasser des films que nous revoyons pour la énième fois. Il est temps d’investir en cette jeunesse.

Mihoub
Samedi 15 Octobre 2011 - 11:48
Lu 572 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+