REFLEXION

Le festival national du Rai fait des mécontents à Sidi Bel Abbès

A la veille du festival national du Rai qui est à sa septième édition, une vague de protestation dans les milieux artistiques se fait entendre. Une vingtaine de jeunes ayant assuré l’organisation et la sécurité des soirées durant les six dernières éditions ont observé un sit-in devant le siège de la direction de la culture pour dénoncer les propos du commissaire du festival qui leur aurait signifié que cette année ils ne seront pas rémunérés pour le travail qu’ils sont appelés à fournir durant les six jours du festival pour, semble-t-il, des insuffisances dans le budget.



Des artistes « Ouled El Bled » à l’image de Mohamed El Abbassi qui est un nom dans les milieux des Raimans qui a été carrément exclu de la programmation à cause, parait-il, d’un différend avec l’actuel commissaire du festival. L’ensemble de la corporation de la presse s’est exprimée par le biais d’un communiqué adressé au premier responsable de la wilaya pour tirer la sonnette d’alarme sur le manque de communication et l’indifférence du commissaire du festival vis-à-vis de l’information. Le point de presse habituel qui se tenait à la veille de chaque festival n’a pas eu lieu. Plusieurs questions relatives au programme et à la présence de certaines stars du Rai sont restées sans réponse et les journalistes sont restés sur leur faim à propos de l’enveloppe financière attribuée par le ministère de la culture à cette manifestation culturelle. A priori le festival du Rai qui se tient à quelques jours du mois sacré du Ramadhan au stade des trois frères Amarouche au cours de cités résidentielles fait grincer les dents et des commentaires hostiles à la tenue de soirées jusqu’à une heure tardive de la nuit meublant la place publique surtout qu’il s’agit d’un genre de chansons qui ne fait pas l’unanimité. Assiste-t-on au déclin d’un festival qui a été importé de la ville d’Oran et qui a fait de bons débuts lors de ses premières éditions ? L’actuel commissaire qui est en même temps directeur de wilaya de la culture aurait affirmé devant des responsable lors d’une réunion de l’exécutif qu’il ne connait rien à ce genre d’art et qu’il tient ce festival à contre cœur. Une information qui semble tenir la route puisqu’elle a été rapportée par des sources concordantes dignes de foi.

D. M
Jeudi 19 Juin 2014 - 15:24
Lu 230 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+