REFLEXION

Le dynamisme du processus préoccupe le wali d'Oran

Intervenant lors des travaux de la rencontre de concertation sur le développement local et les préoccupations des citoyens, organisée dernièrement à la grande salle du siège de la wilaya d'Oran sous l’égide du Conseil national économique et social (CNES). Le wali a mis en exergue les efforts de développement déployés durant la décennie 2000 et leur impact sur la population.



Le wali a par ailleurs relevé des «dysfonctionnements» qui persistent encore en matière de développement malgré la disponibilité des moyens financiers. Aussi, a-t-il estimé nécessaire «d’assurer une plus grande flexibilité dans l’élaboration des cahiers de charges, dans l’accompagnement des grands projets qui ont besoin d’un encadrement et une gestion plus souple pour les faire aboutir». Le wali a fait état de son côté des investissements, estimés à plusieurs centaines de milliards de DA, dont a bénéficié la wilaya entre 1999 et 2010 et les multiples projets concrétisés à la faveur de ces investissements. Ces derniers ont permis notamment à la wilaya d'Oran de reconstruire ses infrastructures économiques, de réaliser pas moins de 45.000 logements urbains et ruraux, de moderniser et de réaliser de nombreuses infrastructures portuaires et aéroportuaires. Néanmoins, a-t-il fait constater, de nombreux obstacles se dressent devant l’effort de développement au niveau de la wilaya. Il a cité notamment l’insuffisance des moyens financiers alloués aux communes dans le cadre des plans communaux de développement (PCD), malgré la disponibilité du foncier destiné à l’implantation des projets et la centralisation de la gestion des ressources financières qui ne se pose pas dans la wilaya d'Oran. La révision de certains chapitres du code des marchés publics et l’élargissement des prérogatives du wali ont été les principaux points soulevés par le wali d'Oran qui n’a pas manqué à l’occasion de mettre l’accent sur les difficultés auxquelles fait face la wilaya en matière de main-d’œuvre, que ce soit dans le secteur du bâtiment ou celui de l’agriculture. A la lumière de ces interventions, le président du CNES, M. Mohamed Seghir Babès, a estimé que les rencontres de concertation sur le développement local et les préoccupations des citoyens constituent une «opportunité» pour les responsables, les élus et les représentants de la société civile d’exposer leur vision sur le sujet et de faire part des contraintes qui limitent le développement au niveau local sur la base de leur expérience sur le terrain et de leur contact continu avec la population.

Medjadji H
Dimanche 23 Octobre 2011 - 21:59
Lu 349 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+