REFLEXION

Le calvaire de l’Etat civil d’Oran



Le calvaire de l’Etat civil d’Oran
Mieux vaut avoir affaire à n’importe quelle administration publique, mais pas le service d’état civil d’Oran. Une virée à ce service et vous avez envie de vomir. Une situation infernale, bousculades, anarchie, brouhaha, et tous les ingrédients y sont présents pour faire un pic de tension. Pire encore, le mensonge fait ravage. Au guichet « Autres wilayas », on demande un extrait de naissance, en fournissant le renseignement demandé, soit par livret de famille ou un vieil extrait d’acte de naissance. Alors, si vous habitez l’étranger ou les wilayas du Sud ou de l’Est du pays, on vus dit de revenir vers 14 heures récupérer les documents sollicités, soit. Pour ceux résidants dans les wilayas avoisinantes, à l’image de Mostaganem, Sidi-Belabbes, ou encore Ain Témouchent, on vous demande de libeller une lettre en votre nom et adresse, pour pouvoir vous transmettre les extraits de naissance par voie postale, ce qui ne va pas sans engendrer des retards considérables, surtout quand il s’agit de fournir un dossier dans des délais courts. Mais la surprise est ailleurs. Deux mois après, et les extraits ne sont toujours pas arrivés. Ce qui supposerait, dès que vous avez tourné le dos, au diable l’enveloppe et le timbre et vous n’aurez jamais vos papiers. Là, il ne s’agit pas uniquement de la crédibilité du service en question, ni de celle de l’APC d’Oran qui est en jeu, mais bien celle de l’Etat en tant que tel. Voilà ce qu’il advienne d’une institution de l’importance de la commune d’Oran, quand on place des énergumènes irresponsables aux guichets.

. .
Mercredi 13 Octobre 2010 - 00:01
Lu 624 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+