REFLEXION

Le café du jardin public de Bechar objet de toutes les convoitises

Beaucoup de citoyens victimes de discrimination ces derniers temps à Bechar, notamment au niveau de certaines structures administratives, telle que la commune, se posent la question sur les raisons de cette discrimination.



En effet, selon un locataire gérant depuis 24 ans, d’un café situé à l’intérieur du jardin public de la ville, ou ce qui reste de cet espace verdoyant en dégradation, l’APC est en train de faire des démarches pour le déloger de cet endroit, sous prétexte d’engagement futur, des travaux de rénovation de ce jardin, sans lui proposer en échange un autre lieu devant abriter son commerce. Mais de l’avis de plusieurs personnes bien au fait de cette affaire, ce café du jardin en question est convoité par plusieurs élus, qui cherchent par tous les moyens à faire sortir son gérant actuel pour se l’approprier, et ce bien sûr, compte tenu de son emplacement et des bénéfices qu’il génère. De tels comportements semblent être parfois à l’origine de violents heurts entre tribus. Contacté, un vice-président de cette APC indiquera : « Des travaux d’aménagement de ce jardin seront entamés prochainement, mais je ne sais pas quelle est la solution réservée à ce gérant de café ? » Et de poursuivre, « Les spéculations vont bon train, mais jusque-là aucune décision officielle n’a été prise », avait signalé notre interlocuteur. Aussi sur un autre volet non moins important que le premier et qui va dans ce même sillage, il s’agit tout simplement des propositions à certains postes d’emplois spécifiques au niveau de certaines directions du conseil exécutif de la wilaya, dont les premiers responsables de ces institutions administratives recourent souvent à des critères de proposition à ces emplois précités, très subjectifs, qui n’obéissent guère à la réglementation en vigueur. En effet, généralement les agents désignés à occuper ces postes sont limités sur le plan professionnel et contribuent beaucoup plus à la paralysie du service ou du bureau dont ils sont responsables, beaucoup plus qu’à son bon fonctionnement et son dynamisme.  Alors que les véritables agents aptes à porter un plus, compte tenu de leur expérience professionnelle et leur savoir faire, se trouvent discriminés et complètement marginalisés. Et c’est peut être l’une des raisons du développement de la bureaucratie et de la régression que connaissent certaines administrations qui ne cessent de vouloir améliorer la qualité de la prestation de service, mais en vain. « Des agents incompétents et parfois même incultes sont aux commandes, il ne faut pas s’attendre à des miracles », nous a fait savoir un groupe de cadres isolés et discriminés dans une administration. Et de poursuivre : « Ces démarches discriminatoires et ségrégationnistes fondées sur la race et la tribu généralement semblent avoir encore et toujours libre cours dans cette région, au détriment du mérite et de la compétence, d’où  l’émergence de ce sentiment du tribalisme qui nourrit et pousse à l’exclusion et l’échec de l’intégration à la nation. » Les problèmes sociaux qui agitent ces derniers temps cette région sont devenus sensibles, étant donné la crise à laquelle elle peut faire face et d’être, à son tour, déstabilisée par la quête sociale. Quoi que l’on dise et quelques que soient les réactions trop tardives, les pouvoirs public sont montrés du doigt comme étant responsables de cette situation nuisible. Les nombreuses alertes dont la presse avaient à chaque fois fait écho, les manifestations récurrentes dénonçant ces discriminations n’ont pas été entendues et prises en considération, mais violemment réprimées.                                               

Fendaoui Hadj
Lundi 9 Juin 2014 - 10:37
Lu 149 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+