REFLEXION

Le cadre de vie des résidents du camp 4 à Ain El Bia ne cesse de se dégrader



Les deux cents  familles  du camp 04, au chef-lieu de la commune d’Ain El Bia situé à une trentaine de kilomètres à l’est  de la wilaya d’Oran, vivent dans des conditions lamentables, depuis des années. Leurs habitations  en préfabriqué sont délabrées du fait qu’ils  dépassent les trente  années de survie alors qu’elles sont conçues pour une durée bien déterminée ne dépassant pas  les 10 ans  sont en quelques sortes amorties depuis leur implantation par la  firme  française « Gaz de France » en 1974.  Les routes et ruelles desservant leurs  habitations  sont impraticables. L'éclairage public y fait superbement défaut. En résumé, leur cadre de vie ne cesse de se dégrader de jour en jour. Les habitants rencontrés affirment qu’ils éprouvent beaucoup de difficultés à traverser les routes et ruelles  qui mènent  à leur habitation, surtout lorsqu'il pleut, vu leur état dégradé. Outre son état détérioré, cette route est dépourvue d'éclairage public, ce qui la rend très dangereuse dès la tombée de la nuit. A ce propos, les habitants affirment : « Nous sommes dans cette situation depuis plus de 30 ans. Nos habitations en préfabriqué sont délabrées et se dégradent à cause des infiltrations des eaux pluviales». Et d'ajouter encore pour décrire la situation dans laquelle ils vivent : « Pour ce qui est des routes, elles sont impraticables et constituent un danger notamment pour nos enfants, les personnes âgées et handicapées. Même une ambulance ne peut y pénétrer en cas d'urgence». Voyant leur quartier délaissé et oublié par les autorités locales, les habitants de ce quartier ne savent plus à quel saint se vouer, ni à quel responsable s’adresser. Ils se sentent lésés et frustrés et accusent l'APC de faire dans les deux poids deux mesures. Ces citoyens lancent un appel aux hauts responsables de la wilaya d’Oran afin qu'ils interviennent incessamment pour remédier à cette situation qui, selon eux, a trop duré, et mettre, par la même occasion, un terme au bidonville, qui est en train de s'agrandir, au fil des jours, tout au long des ruelles  où des particuliers viennent de partout ériger des baraques de fortune. Cette situation a provoqué la prolifération des décharges sauvages et menace la sécurité des habitants, affirment-ils. Par ailleurs, il faut souligner que l’absence des branchements du gaz de ville qui  tardent à venir ainsi que le téléphone qui ne sonne plus dans ce grand village depuis plus de trente ans, ni encore moins  les dossiers des  actes de cession qui  pourrissent dans les tiroirs des bureaux de la daïra de Bethioua depuis une décennie jusqu’à l’heure actuelle aucun acte de cession n’a encore vu le jour.              

Medjadji. H
Mardi 15 Avril 2014 - 10:32
Lu 170 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+