REFLEXION

Le bras de fer n’est qu’à ses débuts



Le bras de fer n’est qu’à ses débuts
Les partisans du tout informel se mettent en ordre de bataille. Ils font un peu comme les gosses à l’intelligence malsaine. Ces chenapans qui arrivent à faire accuser les copains d’une bêtise qu’ils ont eux-mêmes commise. Vous  en avez sans doute rencontré dans le temps à l’école ou dans le quartier de votre enfance. Et bien, il faut croire que la malice mal placée ne disparait pas avec l’âge. Elle prend même des proportions importantes. Elles se développe et devient tout un art de la communication, avec en prime tout un bataillon d’homme et de femmes honnêtes qui, impressionnés par l’ampleur des récentes émeutes jouent le jeu des «ex-sales gosses» et relayent leur discours, lui donnant par la même occasion une résonance à vous faire, craindre le pire dans le cas d’un « entêtement » du gouvernement et puis, ces partisans de l’informel ont la partie facile, car en matière d’entêtement ils ont, en la personne du premier ministre, un client de premier ordre. Il n’y a pas que cela,  ils peuvent puiser dans une large palette ‘’d’experts’’, disposées à dire la chose et son contraire, faire les bons chiffres, jurer sur tous les saints, que la modernité peut prendre la voie de l’anarchie et la régression et surtout plaider  pour une gestion archaïque de l’économie en accusant le gouvernement de tout les maux. En résumant, on va dire que les partisans de l’informel, sont devenus maîtres en gestion des opinions, même les plus pointues, noircissent tellement le tableau Algérie, qu’ils en deviennent les seuls sauveurs.

Réflexion
Dimanche 16 Janvier 2011 - 10:08
Lu 352 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+