REFLEXION

Le béton qui dévisage tous les quartiers de Mostaganem

Il est révolu le temps où les architectes se faisaient très désirés et très sollicités, avec leur sérieux et une expérience incomparable ils bâtissaient des habitations qui étaient de véritables chef d’œuvres dignes des grands monuments aux réputations internationales.



Le béton qui dévisage tous les quartiers de Mostaganem
Ces artistes qui aimaient leur métier ; ont  marqué  leur époque et ont laissé leur empreinte comme on le  constate d’ailleurs dans les vieux quartiers, comme la ‘’Pépinière, cité Négrel… etc’’ où sont construites des villas datant de l’époque coloniale  et qui présentent  une infrastructure conforme à toutes  les normes de sécurité et les paramètres  exigés par l’Etat. Presque   toutes ces demeures en question se distinguaient très particulièrement par l’accès à la villa qui présentait un aspect  totalement différent  des maisons récentes,  car  pour pénétrer à l’intérieur de ce genre de résidence  très souvent  on  est  obligé de traverser un petit jardin  ou on est accueilli par une odeur de jasmin et  de fleurs, généralement  des roses qui  ornaient très  fièrement ce panorama et  pour couronner le tout on voit des plantes grimpantes  couvrir  jalousement presque toute  la façade  de la villa , quand  au garage  et la cour , ils se trouvaient  toujours à coté ou  à l’arrière de la maison.. Le citoyen Mostaganémois d’aujourd'hui , comparativement à celui d’il y a quelques années a perdu toute sensation de goût et de luxe , car il ne vit que pour l’argent , la construction de ces nouvelles forteresses à caractère commercial   le prouve ,contrairement aux résidences citées plus haut, car pour accéder aux appartements  situés au premier étage  cette fois ci on doit emprunter un escalier se trouvant  dans le garage utilisé le plus souvent  comme fond de commerce , servant de parking de voiture  ou louer à des artisans «  mécaniciens , tôliers… ». Presque tous les quartiers  sans exception  ont connu une transformation à tel point que la ville de Mostaganem  a changé d’aspect  et  est devenue presque méconnaissable  , ces genres d’infrastructures qui ne répondent pas aux critères et aux  normes   dévisagent  totalement le paysage, mais n’inquiètent personne et plus  particulièrement les concernés de la commune qui ne voient rien ou font semblant  de  fermer les yeux  .Cette anarchie a mis en évidence une carence , un laisser aller et une  très  mauvaise prise en charge de ce type de projet  sollicité par le citoyen. Même les infrastructures étatiques de Mostaganem ont leur défaut,  tels que la daïra  , la Cour de Justice, la nouvelle gare routière situées respectivement sur la route de la Salamandre et la route de Relizane n’échappent pas à la critique , elles  sont construites de façon où l’espace servant de trottoir  les séparant de la route est  très étroit.                              

B. Adda
Mercredi 3 Juillet 2013 - 22:00
Lu 546 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+