REFLEXION

Le PDG de Djezzy interdit de quitter l’Algérie

Encore une affaire qui défraye la chronique, et on aura beau multiplier les lois, on est loin de toute connotation morale, et consciencieuse en matière d’application d’une condamnation, qui en fin de parcours reste suspendue. Aussi l’on s’interroge sur l’application des peines prononcées pour accepter que celle-ci soit différée ce qui fait que la gestion d’Orascom est paralysée ne pouvant procéder à aucun changement si l’on se refaire à la situation vécue par cet organisme, suite à la condamnation de son PDG.



Le PDG de Djezzy interdit de quitter l’Algérie
Dans ce contexte et selon des sources judiciaires, le PDG d’Orascom Telecom Algérie (OTA), Tamer El-Mehdi, a écopé de deux peines de prison ferme de 3 et 6 mois pour fraude fiscale et il vient d’être convoqué par le tribunal d’El-Harrach pour répondre du même du chef d’accusation. Ce qui tend à dire que cette peine à laquelle il a été condamné pourrait être alourdie. Toutefois, l’inculpé jouit toujours de sa liberté et n’est nullement inquiété. Ce qui laisse libre cours à des supputations sur la non-application de la décision rendue par la justice dès lors que cette dernière a toujours fait dans la célérité quand il s’agit d’appliquer ses verdicts. De sources sûres, «algeriepatriotique» a appris que Tamer El-Mehdi est frappé d’une interdiction de sortie de territoire national. Une décision qui fait qu’Orascom Telecom Holding se voit dans l’incapacité d’apporter le moindre changement à la tête de sa filiale en Algérie, contrainte de garder Tamer El-Mehdi jusqu’à nouvel ordre. Ce blocage juridique paralyse cette filiale, sachant qu’il a été inscrit dans le programme d’OTH un changement au niveau du management d’OTA pour sortir cette dernière de la situation peu reluisante dans laquelle elle se trouve et tenter de soigner un tant soit peu son image sérieusement écornée par les différents problèmes et scandales qui ont émaillé sa gestion catastrophique. Les entorses aux lois algériennes par le PDG de Djezzy ne se limitent pas à la fraude fiscale. Les services compétents s’interrogeraient sur une contradiction qui apparaît sur ses documents de voyage, lesquels portent deux dates de naissance différentes. Tamer El-Mehdi est entré en Algérie en tant que citoyen britannique et non pas égyptien. Il voyage, en effet, avec deux passeports, l’un délivré par l’Egypte et l’autre par le Royaume-Uni.

Riad
Samedi 31 Mars 2012 - 11:35
Lu 595 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+