REFLEXION

Le P/APW de Mostaganem tire à boulet rouge sur la DLEP

M. SOLTANI BELGHALI REPOND AUX QUESTIONS DE « REFLEXION »

Pourquoi tous ce qui est mauvais on le colle sur le dos des élus et tous ce qui est bon on l’affiche sur l’agenda des chefs de daïra ou du wali !? Une ville très sale, un environnement catastrophique, des places publiques transformées en souk, des beaux immeubles qui tombent en ruine, des familles sinistrées qui habitent la rue , des routes en bon état (refaites récemment) et d’autres dans des quartiers pauvres tels que « Tijditt » qui sont dans un état dégradant et délaissés, des entrepreneurs parachutés du centre du pays pour rafler tous les projets et des supers hommes d’affaires qui font la pluie et le beau temps à Mostaganem et l'insécurité dont on ne parle pas. ! Qui est responsable ? Quel est le rôle de nos élus et précisément l’APW qui est sensée superviser le développement et défendre les citoyens. Pour bien comprendre ce qui se passe à Mostaganem le journal Réflexion a interviewé le président de l’APW, M. Soltani Belghali . Lire l’interview :



Le P/APW de Mostaganem tire à boulet rouge sur la DLEP
Selon le P/APW M. Soltani , le rôle de l’APW dans la wilaya entre dans le cadre des relations entre les citoyens et l’institution élue. « Dans ce cas précis nous dira-t-il, je ne vous cacherais pas que celles-ci sont tendues, suite à l’incompréhension de la lenteur administrative, et qui se rapporte au traitement des dossiers et du fait des énormes réclamations formulées par ce dernier et qui demeurent sans aucune suite. Tout comme les champs de médiation complexes  entre le chef de Daïra, et les APC, aussi devant cet état de fait nos attributions restent  nuls, cependant et malgré toutes les difficultés, nous avons constamment essayé d’apporter des réponses  et ce grâce  au concours du wali. Et d’ajouter Je veux être honnête vis-à-vis du citoyen, je n’ai ni la compétence, ni la volonté d’évaluer le travail de l’exécutif, mais j’ai toujours refusé le jeu de faire valoir, mais avec l’apport du wali je peux dire qu’on a concrétisé à 80% les aspirations introduites et adoptées de nos recommandations et ce après peu de temps, malgré que les ponts soient coupés entre une société et l’administration qui gérait auparavant des groupes, des associations et qui maintenant doit gérer malheureusement des individus ce qui fait que le processus de gouvernance est devenu très complexe ». « Ce que je veux dire, c’est que les exemples sont nombreux, car quand les problèmes sont  là et que l’un d’eux m’est posé d’une manière constante, je me sens concerné voir impliqué aussi dois-je déterminer la raison de cette récurrence et de proposer à l’exécutif une solution globale d’où l’inscription à l’ordre du jour pour discuter en session cette résonance et nous avons au niveau de l’APW  tout fait pour rassembler les compétences et réunir toutes les chances afin d’adapter nos recommandations soumis à l’exécutif »

La directrice de la DLEP,  hors champ !
Concernant le développement, ce dernier nous a déclaré ; « Nous avons traité les situations de tous les projets structurants de la wilaya au cas par cas d’une manière répétitive à chaque session et le wali a présenté des éclairages, cependant quand je constate que la DLEP répète les mêmes recommandations et instructions de M. le wali préalablement introduites lors des conseils de l’exécutif , on ne peut que souligner, l’indigence ou la négligence, à travers les comportements de nihilisme, tels les exposés expéditifs sans prendre en compte les contraintes pour les aplanir surtout pour ce qui est du domaine de l’habitat  car l’on doit faire avec les contraintes jusqu’à leurs traitements effectifs. Il n’y a pas eu de relance de programme de manière incitative comme il a été recommandé par le wali. Lors des visites l’on constate désormais des façades d’indigence dans le logement rural, il y a aussi le retard dans le traitement des dossiers, le favoritisme dans les attributions d’aide  et lors des sorties le wali est fréquemment interpellé en ma présence. Dans ce cadre là j’interpelle pour ma part la DLEP  pour mieux intégrer le logement rural dans son milieu naturel pour éviter ces maisonnettes en forme de cube ou gourbis des temps modernes ».

Des logements à gogo et la crise persiste
 Concernant le logement, le P/APW nous a donné quelques explications  sur ce secteur très sensible : «  En paraphant ce secteur, nous dira-t-il la wilaya de Mostaganem est bien lotie avec un taux d’occupation par logement (TOL) de 5 contre 4,9  au niveau national  et l’on arrivera à la fin de l’année à un taux très acceptable à savoir de 4 habitants par logement. Pour ce qui est du LPA  il ne faut pas oublier que 5100 aides ont été octroyées, soit 2500 en 2010 et 2600 en 2011, le RHP  5530 sur un recensement de 6419 soit 85%, et pour répondre au questionnement des uns et des autres, en dernière session extraordinaire nous avons adopté six révisions du PDAU  pour définir l’extension urbaine, la localisation des services et activités et l’implantation des équipements afin de déterminer les zones à protéger, aussi 30 études ont été lancées dont 14+6 ont été adoptées .

Mostaganem capitale du barrage « Kramis » alors que  des dizaines de douars crient  à la soif
Concernant le secteur de  l’hydraulique, pour l’année 2012 nous allons réceptionner tous les projets et ce avant la fin de l’année. Aujourd’hui nous avons 586 localités raccordées, soit 88% et pour l’assainissement 410 localités soit 59%, les périmètres d’irrigation projetés à partir du barrage Kramis, où une première tranche permettra d’irriguer 1120 hectares sur 4300, pour la zone de Achaacha. En 2013 le périmètre d’irrigation inclura le plateau de Mostaganem, le synclinal de Bouguirat, la plaine des Bordjias  et Ouled Maalah  et ce pour 15300 hectares  pour ce qui est des autres secteurs tels que :  l’éducation, la santé, le transport, l’environnement, la jeunesse et des sports,, la culture, la pêche et autres infrastructures administratives, le wali après concertation et audit a donné un nouveau souffle très significatif pour la relance de tous les projets structurants de la wilaya,  Pour en venir à la mission de l’A/PW, je dirais simplement que je continuerais à œuvrer dans le sens des aspirations traduites en obligation et devoir élémentaire  pour la concrétisation des projets pour la wilaya, tels que le garage de stationnement à étages, le parc d’attraction de Kharrouba,  le palais des expositions, le troisième bassin, l’agence maritime,, l’alimentation en gaz de ville pour les agglomérations secondaires  afin d’améliorer le cadre de vie du citoyen. Concernant la cité de Tijditt, « Notre souci est d’améliorer la vie urbaine et plusieurs projets ont été étudiés et revus devant la consistance des contraintes foncières, une fois levées la wilaya a les moyens nécessaires pour développer la cité et les choses commencent déjà à se concrétiser   avec les opérations de réhabilitation menées  et je peux vous assurer que le wali insiste justement à ce que les actions se concrétisent en ce qui concerne cette cité.     

C.Djamel
Dimanche 1 Juillet 2012 - 11:13
Lu 879 fois
A LA UNE
               Partager Partager


1.Posté par koibich le 01/07/2012 16:37
il y a quelque chose qui va notre president commence a parler pourquoi mais c un peu trop tard

2.Posté par Ghodbane3labladi le 01/07/2012 21:24
C'est cette chose innommable avachie qui sert de P/APW à Mostaganem ?

3.Posté par hoda le 02/07/2012 19:07
TOUT LE MONDE EST MAUVAIS FAINÉANT NE FAIT RIEN POUR LA WILAYA SAUF MR LE WALI ET LE P/APW QUI PEINENT ET SOUFFRENT POUR LE BIEN DES CITOYENS. DÉJÀ CHANTE.

4.Posté par delpoub le 03/07/2012 20:28
un

5.Posté par ali le 07/07/2012 16:50
a Mr hoda ni monsieur le wali ni monsieur le P/APW de mostaganem ces l'argent de l'état et le programme a suivre donné moi se qu'ils ont et je te montrerai ce que je fait

6.Posté par Mustapha le 08/07/2012 17:14
Tous le secteur du bâtiment est Sinistré, l'incompétence des gestionnaires, la bureaucratie de l'administration, la corruption, le système 'D' adapter a chaque fois pour la réalisation des projets eternels, les décisions abusives de nos directeurs d’exécutifs (je cite comme référence: la directrice de la DLEP, le Duc,..) … se sont tous des facteurs qui ont fait de Mostaganem ce qu’elle est maintenant, … allah y jib rjal lele had el blad el karima.

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+