REFLEXION

Le Mariage par la « Fatiha » : Ce plaisir des hommes au détriment des droits des femmes !

Le mariage par la « Fatiha », sans aucune autre forme de légalisation, auprès des instances civiles officielles est depuis quelques années devenu le recours pour beaucoup d’hommes. Ce phénomène prend des proportions alarmantes au vu des conséquences engendrées par cette pratique souvent malheureuse, voire dramatique. Pour sceller leur union, certains couples aujourd’hui se contentent d’une lecture de la « Fatiha » en présence de deux témoins sans passer par la voie légale en l’occurrence un acte de mariage établi par la Mairie.



Le Mariage par la « Fatiha » : Ce plaisir des hommes au détriment des droits des femmes !
Pour qu’elles ne deviennent pas héritières, les enfants exigent de leurs parents de se remarier par la « Fatiha »
La relation taboue  telle qu’elle était jadis entre les parents et leurs progénitures ne l’est plus aujourd’hui. Les enfants commencent sans retenue à s’immiscer dans les affaires de leurs parents. Ils exigent d’eux l’impensable. Le lien sacré tissé à l’époque de nos grandes mères et nos grands pères, s’est réduit aujourd’hui en une simple relation mercantile sans le moindre amour, ni la moindre moralité. Tous les parents aujourd’hui se plaignent de l’avidité de leurs enfants. Même pour ce qui concerne le remariage cette « union sacrée » pour les parents qui ont le malheur d’avoir  perdu leurs premières épouses, les enfants s’entremêlent  et dictent leurs conditions à leurs parents. Poussés par leurs pensées machiavéliques et purement matérialistes, ils conditionnent toute union que par la « Fatiha »  sans qu’elle soit légalisée à la Mairie ou au Tribunal afin que la nouvelle épouse n’ait aucun droit à l’héritage.  L’acte légal du mariage ou ce qu’on appelle le mariage à la « Fatiha » est devenu un moyen de fuir à tous les devoirs maritaux, une façon bien rusée  pour priver l’épouse de tous ses droits civiques. Cette façon de procéder est devenue une voie facile et apaisante  pour un nombre incalculable de veufs qui désirent se convoler une seconde fois afin de leurs éviter les mauvaises surprises qui peuvent surgir  de la famille et surtout des enfants qui n’admettent pas l’intrusion d’une nouvelle étrangère pour remplacer la mère. Donc, le mariage uniquement par la « Fatiha » sans qu’il soit consolidé  par l’administration constitue une aubaine pour tous les membres de la famille du fait que la nouvelle épouse ne peut prétendre à aucun héritage.
 
Le mariage par la « Fatiha » uniquement constitue une mode pour les vieillards
D’innombrables hommes préfèrent se marier avec une seconde femme que par la « Fatiha », sans le moindre droit civique en cas de litige. Cette pratique est devenue un vrai problème de société en Algérie. Beaucoup d’hommes profitant de la situation qui sévit actuellement saisissent l’opportunité pour exiger comme unique condition « le mariage uniquement par la  fatiha ». Sur ce sujet, beaucoup d’hommes ont été questionnés à l’exemple de Halim 58 ans qui avait perdu son épouse en lui laissant trois enfants, le plus jeune âgé de 20 ans.  Ce dernier après avoir accompli son deuil, et au moment où il avait décidé de se remarier, il a été confronté  au  refus catégorique de ses enfants. Il a suffit  de beaucoup d’interférences de la famille pour accepter à condition qu’il ne soit pas un mariage civil afin qu’elle ne puisse avoir droit à aucun héritage. Donc, il ne restait  pour le père aucun choix que de chercher une épouse qui  accepte cette  mesure draconienne. Pour ce qui est de Djillali 60 ans, père de 5 filles et de trois garçons, ce dernier rejette de facto le mariage civil, car il ne souhaite nullement voir après sa mort naitre un conflit entre son épouse et ses enfants tout en jetant l’idée préconçue de vouloir l’estropier de ses droits civiques.
 
Des femmes célibataires acceptent cette situation pour avoir un mari     
De leur côté, beaucoup de femmes qui n’ont pas eu la chance de se marier jeunes, estiment que l’union par la « Fatiha » est la dernière solution qui permet à la femme de se débarrasser de son « célibat » et ses conséquences en matière de mauvais regards et médisances de la  société. Dans ce sillage, Khadidja 37 ans avoue qu’elle n’est pas contre le mariage par la  « Fatiha », du fait qu’il est légal vis-à-vis de la morale et de la société. Il ne reste aucun choix devant beaucoup de femmes célibataires que de se soumettre et accepter cette réalité  afin de fonder une famille. Car beaucoup de femmes ont accepté  cette aventure et maintenant elles mènent une vie  agréable. Lamia à titre d’exemple, âgée d’une trentaine d’années  a  accepté  un homme père de 5 enfants sans le moindre acte civil, uniquement pour se  stabiliser et fonder une famille. Par contre, beaucoup d’autres femmes ayant accepté ce genre de mariage, ont eu beaucoup de problèmes par la suite en voici quelques exemples ci-dessus.
 
Une fille illégale avec un acte légal
Halima, une employée qui s’est mariée  il y a déjà deux années  avec un homme que par la « Fatiha ». « Un homme de 40 ans a demandé ma main », ce dernier déjà marié avec une première femme qui  ne lui a jamais donné d’enfants. Il m’a  rassuré  qu’une fois   que sa situation s’améliore, il trouvera une solution à notre union. Ma famille était contre ce mariage. Mais vu mon célibat, j’ai fini par accepter. Quelques temps après notre mariage,  je suis tombé enceinte de lui. Et lorsque je lu ai demandé de légaliser civilement notre union, il a commencé à se faufiler en trouvant mille prétextes. Le résultat, est que j’ai eu une fillette prénommée Amina  que  jusqu’à présent je n’ai pas pu l’inscrire sur l’état civil,  et avoir un extrait de naissance. Cette situation m’a poussé  de recourir à la justice et l’affaire est toujours en cours. Ce problème a été également vécu par  Houria, Widad, et Houda, trois victimes pour un même calvaire, celui de vouloir  fonder honnêtement une famille.        
 
Un homme de loi la met à la rue après trois ans de vie commune légalisée que par la Fatiha
L’histoire fatidique de Leila ne différencie pas beaucoup des autres. Elle est arrivée de l’Est du pays poussée  par  la vie dure qu’elle menait pour accepter un mariage avec un homme très âgé que par la « Fatiha » avec la bénédiction de deux témoins amis où issus de la famille sans qu’il soit légalisé devant un Maire ou un juge.   Les raisons qui ont poussé  cet  Homme  à prendre une seconde épouse, seraient-elles que la première après une longue période de vie commune, est devenue malade. L’époux étant un homme de loi sait pertinemment les tares d’une union quant elle est légalisée civilement. Quant à  Leila, elle a eu toute la confiance en cet homme du fait qu’il connaissait bien la loi, d’ailleurs ce qui l’a exhorté à accepter ce mariage tout en espérant que leur union sera légalisée après leur mariage. Mais la réalité a été toute autre, l’homme de loi après une union qui a duré trois ans seulement l’a chassée de chez lui pour qu’elle se retrouve sans protection par aucune loi du fait qu’elle s’est convolée sans passer par l’état civil. L’histoire de cette pauvre victime n’est qu’une partie de l’iceberg. Les hommes d’aujourd’hui ne cherchent que l’éphémère plaisir, sans qu’ils aient la moindre connaissance morale ou spirituelle de la vraie notion du mariage. D’innombrables histoires similaires à celle de Leila ont été rapportées par les différents médias sur des hommes de lois qui ont usé de leurs statuts dans la société pour berner des milliers d’innocentes femmes  en agissant sous la bannière  du mariage par la « Fatiha ». Mais ces hommes en agissant de la sorte, avec un comportement jésuitique, ne croient-ils pas qu’ils rendront compte un jour devant leur Créateur.
 
Le mariage par la « Fatiha », un moyen pour priver l’épouse de ses droits civiques
Dans ce sillage, l’avocate B. Amal a déclaré que les imams ont en quelques sortes fait fi de l’application de la loi pour ouvrir toutes les portes au mariage par cette façon. Certes le mariage par la « Fatiha » est une condition indiscutable pour que l’union soit légale comme le dicte les préceptes religieux consolidé avec le témoignage de deux témoins, néanmoins beaucoup de gens le consentent comme un moyen efficace pour détourner les lois afin de  priver l’épouse de ses droits civiques en cas de divorce. Elle est aussi un moyen pour ne pas verser de pension alimentaire ni encore mieux reconnaitre ses enfants comme étant légitimes.  Par ailleurs beaucoup d’hommes se réfèrent au mariage par la « Fatiha » du fait qu’ils savent que la loi ne permet  pas la polygamie ou le mariage avec une mineure.    De ce genre de mariages, peuvent naitre d’autres problèmes  surtout après la naissance des enfants, ce qui pousse généralement l’épouse à recourir à l’administration judiciaire pour permettre à l’enfant de porter le nom de son père. Mais ceci n’est  pas  toujours  chose facile et demande beaucoup de temps surtout si l’épouse ne trouvera aucun témoin, ou si le mari refuse de se présenter au tribunal. Selon un autre avocat, Nesreddine . Kh , il a insisté pour que les parents fassent très attention et exigent que l’union de leur fille soit légalisée devant un Maire ou un juge, afin de protéger les droits des enfants et de leur mère. Le mariage par la « Fatiha » est correct vis-à-vis de la religion musulmane et il renferme toutes les conditions légales, néanmoins  le manque de fidélité et de parole de certains comportements d’hommes inhumains et  sans conscience dans notre société ignorant par conséquent  les lois élémentaires de l’union sacrée, ont fait de la femme et de ses enfants des victimes dans la société.

G.A
Mercredi 13 Juin 2012 - 20:48
Lu 6692 fois
DOSSIERS
               Partager Partager


1.Posté par Merci le 14/06/2012 16:19
Article tiré par les cheveux. Aucune consistance et faible connaissances en droit islamique et droit républicain.
Réflexion peut mieux faire en la matière. Il y a journalisme et pseudo-journalisme.
Exemple : "...un moyen efficace pour détourner les lois afin de priver l’épouse de ses droits civiques en cas de divorce" Vous ignorez ce qu'est un droit civique. En plus, on peut contacter mariage avec acte notarié, pas obligatoirement devant le Maire - imaginez le Maire d'Alger s'adonner à ce jeu-, le chef de service suffit. Et enfin "Les hommes d’aujourd’hui ne cherchent que l’éphémère plaisir, sans qu’ils aient la moindre connaissance morale ou spirituelle de la vraie notion du mariage" sent la femme frustrée qui se venge sur vos colonnes.
Pour conclure, rien n'oblige les Algériennes à coucher avec le premier venu impliquant la faut la faute à la fatiha.

2.Posté par Ghodbane3labladi le 16/06/2012 04:08
Pourquoi des femmes instruites acceptent de se marier par la fatiha comme leurs grands-mères qui ne sont jamais allées à l'école et parfois avec des hommes beaucoup plus âgés et souvent déjà mariés ? Pour quelles raisons des femmes qui ont fait de longues études et qui sont indépendantes matériellement retournent-elles à la tradition après l'avoir vilipendée quand elles étaient étudiantes ? Retour à la réalité ? Régression de la société ? Pression sociale et/ou familiale ? Poids de la religion ? Il faudrait une thèse de psycho-sociologie, une enquête, des interviews, des statistiques pour expliquer ce phénomène. Une chose est sûre : l' âge du mariage recule aussi bien pour l'homme que pour la femme ; dans certains cas, il devient même définitif. C'est parfois cette crainte qui pousse certaines femmes instruites et indépendantes matériellement, à l'approche de la ménopause, à rechercher une sorte "d' insémination naturelle légale et halal afin "d'avoir un enfant pour leurs vieux jours" ou de paraître "normales". Contrairement à l'Occident, mariage, sexualité et procréation demeurent intimement liés dans notre société. Je m'arrête là pour éviter d'aborder certains sujets tabous.

3.Posté par Ghodbane3labladi le 23/06/2012 13:39
En disant qu'il pouvait être parfois définitif, je voulais parler du célibat.

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+