REFLEXION

Le Mali se rapproche de l’Algérie

LE PRESIDENT MALIEN REFUSE UNE INTERVENTION ETRANGERE CONTRE LE TERRORISME

" Il y a eu de l'incompréhension " dans les relations algéro-maliennes et « non des turbulences ». Une déclaration faite à Alger, lundi dernier, par le président malien, Amadou Toumani Touré.



Le Mali se rapproche de l’Algérie
Le Mali refuse toute présence militaire étrangère dans son pays, même pour lutter contre le terrorisme, a déclaré le président malien, Amadou Toumani Touré, à la télévision algérienne. Le chef de l'Etat malien a quitté jeudi Alger à l'issue d'une visite officielle de quatre jours en Algérie."Le Mali, tout comme l'Algérie, très jaloux de son indépendance et de sa sécurité, n'acceptera en aucune manière qu'une force militaire étrangère s'installe dans son pays même si cette force venait pour aider dans la lutte antiterroriste", a indiqué le président malien.La visite du président malien intervient après l'enlèvement dans la nuit de samedi à dimanche de deux coopérants espagnols et d'une Italienne à Hassi Rabuni, qui abrite le siège du gouvernement de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), près de Tindouf, dans le sud-ouest de l'Algérie. L'attaque est attribuée par le Front Polisario à la branche maghrébine d'Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI). Le Front Polisario a affirmé que les ravisseurs s'étaient infiltrés à partir du Mali, ce qu'a réfuté lundi un ministre malien sous le couvert de l'anonymat.Depuis 2010, l'Algérie, le Mali, la Mauritanie et le Niger [les quatre pays dits du "champ" du Sahel] ont une coopération militaire par le biais du Comité des états-majors opérationnels conjoints, installé à Tamanrasset, dans l'extrême sud algérien, au Sahara. Ils ont depuis accru leur coopération en matière de renseignement. Pour M. Touré, il faut éviter d'"impliquer des forces extérieures" aux pays du champ car "internationaliser une situation qu'ensemble nous pouvons sans doute maîtriser, est exactement la solution qu'il faut éviter".Le chef de l'Etat malien a indiqué que les questions liées à la crise libyenne et à la prolifération des armes avaient été au centre de ses discussions avec son homologue algérien, Abdelaziz Bouteflika, pendant cette visite de quatre jours."Aujourd'hui, ce sont des armées entières qui quittent la Libye lourdement armées et qui reviennent vers leurs pays d'origine, et le Mali en fait partie", a-t-il souligné.

Ismain
Vendredi 28 Octobre 2011 - 21:20
Lu 490 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+