REFLEXION

Le Maire de Ghazaouet et 22 autres inculpés devant la justice

POURSUIVI POUR DILAPIDATION DE DENIERS PUBLICS ET TRAFIC D’INFLUENCE



Le Maire de Ghazaouet et  22 autres inculpés devant la justice
L’affaire du Maire de la commune de Ghazaouet, le secrétaire général et l’une des adjointes en plus d’autres personnes inculpées au nombre de 22 a été introduite devant la justice. Ceci est intervenu suite à l’enquête qui a été menée par les services de la sureté touchant de près le maire et ses associés dans des affaires de dilapidation de deniers publics. Cette fameuse affaire a été tout au début maniée par les services de lutte contre la mauvaise gestion dans l’administration touchant plus particulièrement les carences et l’anarchie constatées dans le recrutement des jeunes notamment les filles dans le cadre du pré emploi.  Ces carences ont mis à nu le maire et les autres inculpés qui ont été poursuivis de plusieurs  délits à savoir,  de  pouvoir d’influence, de mauvaise gestion, et de dilapidation de deniers publics et de présentation de rapports financiers non conformes, ce qui a causé la perte de plus d’un milliard de centimes. Selon la source, 22 complices sont également poursuivis parmi eux des responsables et des personnes qui ont bénéficié de salaires sans le moindre travail ou présence. Les principaux inculpés sont le président de l’APC de Ghazaouet, et son secrétaire général qui ont été également  impliqués précédemment dans d’autres affaires à la commune de « téniet ».  Une employée  a été aussi poursuivie, elle est membre au sein de l’assemblée responsable de l’action sociale en plus d’autres employés, des jeunes des deux sexes. La commission d’inspection de wilaya aurait demandé au Maire de rembourser un montant de plus de 15 millions de centimes dont a bénéficié des membres de sa famille dans le cadre du pré-emploi. Quant à la responsable de l’action sociale, il lui a été exigé le remboursement de plus de 20 millions de centimes. Par contre un autre montant de 25 millions de centimes a été exigé  à l’une des employées pour son remboursement   dont elle  a bénéficié sur le compte de la commune pour le rafistolage de son logement. Quant aux grosses sommes, c’est le secrétaire général qui a été sommé de rembourser et dont il a bénéficié avec ses enfants illégalement. Cette affaire de gros calibre  qui n’aurait pas livré tous ses secrets et qu’elle s’est radicalement empestée durant un mandat de cinq  ans qui touche à sa fin est entre les mains de la justice. Selon la même source, la justice aurait à entendre également le responsable de la DAS, et les investigations suivent toujours leurs cours dans cette affaire qui est devenue un sujet majeur de discussions des  citoyens.             

Toufik
Mardi 28 Février 2012 - 21:09
Lu 2341 fois
RÉGION
               Partager Partager


1.Posté par dax le 03/03/2012 00:01
Le ministre des Finances a confirmé que la question de la lutte contre la corruption figure en premier plan des préoccupations du gouvernement reste en priorité. L’affaire de détournement d'argent et d'outrage public qui font scandale à l’EPH de ghazaouet (Hôpital de GHAZAOUET) sous la complicités des fournisseurs et le receveur. La riposte judiciaire s’impose et le Contrôle Financier (CF) donne l’alerte. L’IGF crainte la mafia gouvernementale au sein de cet équipage. Il est impossible que les éventuelles dépositions à venir soient sincères et ne soient pas corrompues par les magistrats.
L’enquête est assurer sous l’autorité de l’IGF et sous la sécurité du ministre de la Santé
Le ministre des Finances a confirmé que la question de la lutte contre la corruption figure en premier plan des préoccupations du gouvernement.
«J’ai adressé une correspondance à l’IGF lui enjoignant de mener des enquêtés approfondies sur la corruption et de présenter des propositions à l’effet de circonscrire ce fleau».

Ghazaouet est devenu un cercle vicieux des détournements
Les vérifications menées par l'Inspection Secrètes des Finances sur les exercices Février 2011 à Février 2012 ont révélé que le régisseur ( Zaoui Ménouar – le Directeur et d’autres complices ) avait encaissé auprès des différents caissiers des recettes qu'il n'avait pas reversées à la banque. Le montant ainsi compromis, estimé aux termes du rapport d'inspection du 03 Février 2012, 15689000 DA découle du rapprochement entre les cahiers de versement des caissiers et les bordereaux des versements effectués à la banque par le régisseur.
Les Inspecteurs

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+