REFLEXION

Le FLN : Ça passe ou ça casse !

UN MOUVEMENT DES JEUNES REJETTE LES CANDIDATURES DES MINISTRES

Le mouvement des jeunes du FLN monte au créneau. Il a observé, ce samedi, deux sit in. Le premier devant le siège national du parti à Hydra (Alger) et l’autre à l’hôtel Mouflon d’Or, ou sont examinés les dossiers de candidature pour les élections législatives du 10 mai prochain.



Le FLN : Ça passe ou ça casse !
Ce mouvement rejette les candidatures des ministres et des membres du bureau politique ainsi que celles des députés ayant déjà accompli plusieurs mandats. « Ça suffit ! Nous voulons en finir avec les anciens, il faut donner la chance  aux jeunes », a martelé le chef de file du mouvement, Badis Bouloudnine. Cet ancien membre du comité central de l’ex parti unique dénonce la marginalisation des jeunes et leur mise à l’écart dans la course aux élections. « Les dossiers de plusieurs jeunes cadres ont été refoulés », regrette t il. Dans un communiqué lu devant la foule, le représentant a interpellé le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, en sa qualité de président d’honneur du parti, à intervenir  pour donner la priorité aux jeunes dans le choix des candidats aux prochaines législatives. « Les jeunes n’acceptent plus d’être un simple slogan mais ils veulent avoir leur place dans les structures du parti et des institutions de l’État », affirme M. Bouloudnine  tout en rappelant que le président de la République a mis l’accent sur les jeunes lors de son dernier discours prononcé à Arzew le 23 février dernier. M. Bouloudnine promet de saboter les caciques du parti en incitant les jeunes au vote blanc. « Si on continue à marginaliser les jeunes militants, nous allons opter pour un vote sanction », a t il averti en affirmant que son mouvement a réussi à empêcher des ministres de se placer en tête de liste dans les différentes wilayas. Il cite le cas du ministre du Travail, Tayeb Louh, qui s’apprêtait à se placer en tête de liste dans la wilaya de Tlemcen mais qui a été chassé par les jeunes, selon notre interlocuteur. Idem pour le ministre de l’Enseignement supérieur, Rachid Harraoubia,  qui voulait « se caser » en tête de liste à Souk Ahras, ce à quoi les jeunes se sont opposés.   

Riad
Samedi 3 Mars 2012 - 21:36
Lu 465 fois
A LA UNE
               Partager Partager


1.Posté par kamel le 03/03/2012 22:07
vraiment c est des hommes,vive la jeunesse,

2.Posté par Sonia le 04/03/2012 11:01
J'ai rien contre la jeunesse. L ' intérêt de la nation passe avant, l'age n'apporte absolument rien à la défense des idée,s de plus à soixante ans ce n'est pas vieux.
Mettre un jeune pour faire comme ces prédécesseurs n'a vraiment aucun sens. Je suis pour le débat d'idée pour la compétence. Je préfère M. Si Affif qui représente bien notre département et qui peut apporter quelques améliorations à notre vie quotidiennes qu'un jeune sans expérience.
Un jeune doit faire ses preuves, il y a les instances régionales ou les jeunes peuvent être les fers de lance. Je ne connais pas M.Si Affif et je ne suis militant d'aucun parti. Vive la démocratie.

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+