REFLEXION

Laissez notre armée tranquille ?

Comme si tout le monde est devenu, du jour au lendemain, des experts en matière de sécurité de l’Etat, et techniciens en sciences militaires, se bousculant sur les télévisions privées algériennes pour débattre le dossier de l’institution de l’ANP, un sujet , sensé être loin de toute discussion. Et il a fallu que le Président de la République, joue au pompier pour éteindre ce feu qui a tenté de brûler la stabilité du pays.



Ces pseudo-chefs de partis parachutés par la dernière ouverture politique, ou ces retraités de l’institution militaire, averti par la réserve enveniment par leurs interventions la tranquillité de l’armée nationale populaire.
Pas plus tard qu’avant hier le public a suivi sur une chaine de télévision privée, un débat sur le rôle  de l’institution militaire et la relation entre cette dernière et la présidence, voulant à tout prix faire croire aux algériens qu’il existe une fissure entre les deux institutions.
Et le plus malheureux, est qu’un général en retraite, s’assoie autour de la même table avec un ex-député, connu par ses antécédents avec le FIS dissous, et par ses attaques virulentes contre le  président Bouteflika .
Je dirais que c’est honteux pour tous ces politiciens, ces chefs de partis, ou encore ces algériens qui résident à l’étranger  qui critiquent les institutions de l’État et surtout l’armée nationale populaire, la colonne vertébrale du pays.
Ces critiques désastreuses  de  ses pseudo-politiciens sans maturité qui  par  leur insolence  ont donné un cadeau empoisonné à la nation et au peuple algérien et alimenté par leur absurdité les colonnes de la presse people, sources principales des médias étrangers.
Ces acteurs de la zizanie, qui passent tous leur temps dans les cafés à ausculter le quotidien de nos institutions à la veille de l’élection présidentielle  pour semer  la politique de la peur au sein de la population. Une catégorie de (Rachi)  qui ne fout rien dans sa vie sauf de dresser un diagnostic noir sur l’Etat algérien pour bien plaire à madame la France.
Des jeunes internautes endoctrinés  par  les idéologies de ces politiciens de la dernière heure, avec une tête  flèchée par des intox d’ici et ailleurs se brassent  les bras autour de leurs ordinateurs, se font une coutume de noircir l’image de l’Algérie et  la vie privée de certains hauts responsables.  De temps à  autre, comme  mon milieu professionnel l’oblige, je regarde certains  débats de ces masticateurs sur les chaines de télévision et même sur les réseaux sociaux.
Tendant mon oreille, un général en retraite disait au journaliste qui l’interviewé : le pays est dans le coma, Je me porte candidat à El Mouradia pour changer tout. L’autre général en retraite lui aussi accuse son ancien chef en public. Je n’ai rien  compris  dans ce Bled, ces nouveaux boss, qui ont servi notre armée, ne sentent-ils pas la honte de vouloir diminuer de la taille de cette armée que même les pays étrangers témoignent de sa grandeur.
Cette institution qui a libéré le pays du colonialisme et du terrorisme, doit avoir le respect de tous et en premier lieu ceux qui l’ont servi un jour. Vu mon petit niveau, c'est en commençant à  différencier entre la valeur morale du pays et la politique qu’on pourra faire de la politique, à chacun son métier, les vaches seront bien gardées .
 


Riad
Jeudi 20 Février 2014 - 17:35
Lu 4120 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+