REFLEXION

La sieste trop prolongée du tramway de Mostaganem

ALORS QUE LA POPULATION SOUFFRE DE LA POLLUTION ET LA VILLE EST AU BORD DE L'ASPHYXIE …

Lancé en grande pompe par l’ancien ministre des transports en août 2013, le méga projet du tramway de Mostaganem qui a connu une petite avancée dans le rythme des travaux durant les mois écoulés , s’est offert une ‘’bonne petite sieste’’ qui tend à durer depuis le mois de juin , alors que la population souffre encore des répercussions des travaux de ce chantier à ciel ouvert .



L'Etat, dans le cadre de ses investissements dans de nouvelles lignes de tramway, a décidé de doter la ville de Mostaganem d’une  ligne de tramway, longue de 14,2 km, qui desservira 24 stations et comptera deux lignes. Les travaux, estimés à 2500 milliards de cts algériens, porteront sur la réalisation de 4 pôles de correspondance, d'un poste de maintenance, d'un bloc technico-administratif et d'un centre de commande. Récemment, le calendrier a été redéfini avant de parvenir à une livraison du projet à moins de 30 mois de la durée restante des travaux. Actuellement, ils sont toujours consacrés au déplacement des réseaux d'eau, de gaz, d'électricité et des télécommunications.    Rappelons que lundi 19 novembre 2012, un avis d’appel d’offres national et international avait été lancé par l’Entreprise du Métro d’Alger pour la réalisation des travaux de la première ligne de tramway de Mostaganem où des entreprises et groupements d’entreprises spécialisées dans le BTP et les activités industrielles et énergétiques étaient en course.  La première ligne reliera la station balnéaire de la Salamandre au pôle universitaire de Kharouba en passant par le centre-ville. La Salamandre sera réservée pour la construction d’un parc et d’un atelier de maintenance. Le tramway qui sera mis en service en 2016, devrait transporter quotidiennement quelques 500 000 passagers. La deuxième permettra de faire la jonction entre l'ancienne gare ferroviaire et la nouvelle gare routière de la cité 5 Juillet. Les travaux ont été lancés le 4 août 2013, par le ministre des transports, Amar Ghoul. Certes, la nouvelle du lancement des travaux du tramway a été agréablement accueillie par tous les mostaganémois, fiers de bénéficier d'un transport public des plus modernes et des moins fatiguant, mais le tracé d’une ligne transitant par le centre-ville ne cesse d’être au cœur des polémiques. Déjà certains citoyens contestent son itinéraire à travers le principal boulevard de la ville, ils sollicitent une autre voie moins encombrante. Ce tracé du tramway ne cesse de faire des mécontents qui craignent une disparition totale des commerces longeant l’avenue Benyahia Belkacem dont la largeur ne dépasse pas l’espace requis et surtout l'aggravation de l'encombrement de la circulation piétonne et routière déjà fortement perturbée.  Depuis le début de la saison estivale, les travaux du chantier du tramway sont  interrompus pour une durée indéterminée.  Les photographies prises ce week-end démontrent bien le rétrécissement de la chaussée due aux grillages et autres blocs de pierres en guise de balises, ne laissant un périmètre d’à peine 1 mètre de largeur pour le passage des voitures et autres minibus de transports collectifs qui desservent les différents quartiers de la ville. Pour ne rien arranger à cette situation, la station des taxis située à l’ancienne gare ferroviaire (Beymouth) demeure toujours au même endroit c’est-à-dire tout autour du poumon névralgique et stratégique pour ces transporteurs privés.  La question qui demeure posée est jusqu’à quand les riverains et habitants de Mostaganem devront-ils supporter cet oppressant chamboulement dans le plan de circulation urbain, sachant que les travaux chez nous, ne finissent presque jamais à la date inscrite préalablement sur le contrat de réalisation signé entre les pouvoirs publics et les entreprises réalisatrices ?!Le projet devait générer 1.000 postes d'emploi lors de sa réalisation et 500 autres permanents lors de sa phase d'exploitation. Cependant, ce sont des ressortissants d’Amérique latine qui exécutent les travaux de base.  Malheureusement certains d’entre eux ont laissé la vie. En effet,   un Equatorien, employé dans l’entreprise Franco-espagnol "Alstom" (France) et "Corsan Isolux" (Espagne), chargée de la réalisation du futur tramway de Mostaganem, a été mortellement blessé, le 8 décembre 2014 vers 11H00 du matin par un camion à benne rempli de remblais et de sable (issus des travaux de creusement).  Rappelons aussi, qu’il ne s’agit pas du premier décès dans le chantier du tramway de Mostaganem, puisqu’un autre ouvrier a déjà perdu la vie  le 15 octobre 2014 dans la même cité de Kharouba.     

Riad
Lundi 21 Septembre 2015 - 19:45
Lu 1953 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+