REFLEXION

La réunion du G20 et les nouveaux objectifs géostratégiques énergétiques et économiques mondiaux

« Les moteurs de croissance du précédent cycle de progrès technologique ralentissent progressivement et le nouveau cycle de révolution technologique et industrielle n'a pas encore pleinement démarré » Xi Jiping Président chinois

Les dirigeants du G20 se sont réunis à Hangzhou (Chine), les 4 et 5 septembre 2016. Je rappelle que l’on ait passé du G7, puis au G8 en incluant la Russie, puis au G20. Le G20 regroupe les pays les plus riches de la planète représentant 87% du PIB mondial, plus de 60% de la population de la planète mais seulement 10% des Etats du monde qui sont eux représentés à l’ONU. Les pays membres du G20 sont les suivants : Afrique du Sud- Allemagne- Arabie saoudite-Argentine-Australie-Brésil-Canada-Chine-Corée du Sud- Etats-Unis France- Inde- Indonésie- Italie- Japon- Mexique- Royaume-Uni Russie- Turquie- Union européenne- L’Espagne bénéficie par ailleurs du statut d’invité permanent au G20.



Y participent également le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale,  le Comité monétaire et financier international (membre d’office),  le Comité de développement du FMI et de la Banque mondiale (membre d’office). Actuellement, le G20 est la principale tribune de discussion pour la gestion et le contrôle de l’ordre économique international Aussi, le G20 a axé sa stratégie autour de sept  objectifs, encore qu’existent des divergences entre, d’une part l’Europe et les USA, et entre les pays émergents et les pays développés d’autre part:
Premièrement,  l’actuelle réunion du G20  sera   consacrée au terrorisme qui est une menace planétaire, les conflits régionaux avec cette masse d’immigrants vers l’Europe et  la crise financière d’une ampleur planétaire   Les mouvements sociaux, de plus en plus persistants, sont des révélateurs de l’aggravation des malaises des sociétés et de l’inquiétude croissante vis-à-vis de l’avenir et ce, malgré une injection monétaire sans précédent des Etats pour répondre à la paralysie du marché.
Deuxièmement,  il s ‘agira de dégager une réponse commune à la crise financière en évitant toute forme de protectionnisme qui accroîtrait la crise mondiale comme en 1929, en ouvrant les pistes d'une réforme en profondeur du système financier international.  Mais avec des objectifs différents: les Européens privilégient une nouvelle régulation de l’économie surtout avec la nouvelle politique de la BCE une politique néo-keynésienne par une dépense publique ciblée avec un droit de regard de l’Etat rentrant temporairement dans le capital qui sera cédé à nouveau au secteur privé en cas de reprise de la croissance, point de vue  que ne partage pas d’ailleurs l’Allemagne.  Le FMI et la Banque mondiale, rejoint par les USA paradoxalement qui a  accuse  un important déficit budgétaire,  donne la priorité à l’assainissement des actifs pourris, privilégiant le monétarisme, existant peu de divergences entre les partis républicains et démocrates sinon la finalité sociale. C’est toute la problématique des futures politiques de développement à l’échelle mondiale : accroître les dépenses publiques à travers des déficits budgétaires dans le cadre d’une libéralisation maîtrisée, ou développer le  secteur privé et ce, avec un droit de regard de l’Etat rentrant temporairement dans le capital qui sera cédé à nouveau au secteur privé en cas de reprise de la croissance
Troisièmement,  les Etats développés misent sur une forte croissance pour pouvoir réduire les déficits budgétaires et diminuer l’endettement public qui atteint un niveau intolérable. Or,   à la différence  des années passées le monde occidental y compris le Japon est caractérisé non pas par l’inflation qui joue comme amortisseur dans la diminution de la dette publique,  mais par  la déflation. Comme dès lors éponger la dette publique ? Si la croissance ne dépasse pas 2% par an en termes réels dans les années à venir, comment rembourser la dette? Certes existant d’autres options pour réduire la dette publique comme la réduction  des effectifs  de la fonction publique,  et  la pression fiscale ; mais avec le risque, non ciblé,  de  la récession  et   des   mouvements sociaux.
Quatrièmement, il y aura lieu de tenir compte  de la position des pays émergents qui proposent une lutte contre le protectionnisme, étant paradoxalement les défenseurs de la mondialisation, Le président chinois Xi Jinping a appelé dimanche les membres du G20 à répondre aux pressions négatives pesant sur l'économie mondiale en coordonnant davantage leurs politiques économiques et en évitant le protectionnisme. Les pays émergents demandent une plus grande représentation au niveau du FMI et de la Banque mondiale, des ajustements entre la parité dollar/euro/autres monnaies, (rappelons que le dollar avait été connecté à l’or, puis nous avons assisté à sa déconnection en 1971), étant en  diminution  au niveau des transactions internationales.    
Cinquièmement,  paradoxe étant passé de l’endettement bancaire à un endettement accru des Etats comme signalé précédemment, il s’agira de  prendre de nouvelles initiatives pour parer à d'éventuelles faillites bancaires et imposer aux banques de nouvelles normes comptables, donc   des règles plus strictes sur les agences de notation, la titrisation, le blanchiment d’argent et les parachutes dorés en moralisant le capitalisme,
Sixièmement, il s’agira d’intégrer le défi écologique (nouveau modèle de consommation énergétique), des aides étant attribuées aux secteurs qui s’engagent à faire des économies d’énergies et développer les énergies renouvelables (accord du COP21 qui sera suivi de la réunion prochainement de la COP22 au Maroc  dont l’accord historique le 04 septembre 2016 entre les USA et la Chine)  pour le BTPH et des technologies propres pour le secteur transport l’agriculture, les services  et l’industrie. Car le réchauffement climatique n’est pas une chimère, et si la Chine  et l’Inde avait le même modèle de consommation énergétique que les USA et l’Europe, il faudrait quatre fois la planète.
Septièmement, dans un  contexte incertain, doit-on se contenter de revenir à une politique de régulation économique qui pourrait prendre la forme d'un «néo-keynésianisme vert mondial»,  ou doit-on envisager, concrètement, une réforme structurelle du capitalisme, en réalité une nouvelle régulation des relations politiques et économiques internationales privilégiant un espace mondial équilibré et solidaire ?  Avec cette nouvelle donne du terrorisme et de la déstabilisation des Etats, d’une part et d’autre part  comment éviter cette financiarisation accrue  en favorisant  les producteurs de richesses tenant compte des interdépendances accrues des économies et de la marginalisation d’une fraction croissante  de la population mondiale? Car, l’abondance et l’opulence y côtoient d’une manière absolument insupportable la pauvreté et le dénuement dont d’ailleurs la mauvaise gouvernance des dirigeants du Sud est en grande partie responsable et on peut imaginer aisément le désastre qui menace une  partie de l’humanité si rien de décisif n’est entrepris.
En   résumé, il a été question certainement du niveau prix de pétrole lors de  la  réunion  d'Alger, les pays principaux pays consommateurs et  les trois plus grands producteurs mondiaux les USA, l'Arabie Saoudite allié stratégique des Etats Unis  et la Russie  étant présents  à ce sommet.   Car contrairement à certaines supputations hasardeuses, les grandes puissances  au sein du G20 ont leurs relais  politiques et économiques au niveau  de l’OPEP (seulement 33% de la production  commercialisée mondiale)  et hors OPEP pour influencer la décision finale.  Le gouvernement devrait se méfier de certaines supputations d’un baril à 60 dollars au lendemain du sommet même s’il y a gel, dont le  niveau du gel ( si c’est le niveau de juillet/août 2016 peu  impacts)  ,car il n’y aura pas de réduction  de la production.  L’important est d’analyser les fondamentaux dont la croissance de l’économie mondiale 2017/2020 et surtout sa structure 2020/2030 conditionnée par  les nouvelles mutations énergétiques  et économiques mondiales. Aussi,   le  gouvernement algérien et notamment le Ministère de l’industrie devrait méditer cette réflexion du président chinois Xi Jiping , lors de ce sommet du G20, je le cite  « les moteurs de croissance du précédent cycle de progrès technologique ralentissent progressivement et le nouveau cycle de révolution technologique et industrielle n'a pas encore pleinement démarré ».  

 

Dr Abderrahmane MEBTOUL
Mardi 6 Septembre 2016 - 20:48
Lu 500 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+