REFLEXION

La recherche scientifique



La recherche scientifique
L’Algérie semble accorder plus de crédit que par le passé à la recherche scientifique, en mobilisant tous les moyens notamment financiers pour permettre à nos chercheurs de mieux appréhender l’avenir. Avec ses 780 laboratoires qui emploient 1500 chercheurs, l’Algérie reste décalée sur le plan numérique. L’objectif aujourd’hui est d’atteindre 1000 laboratoires avec 4500 chercheurs permanents. Le plus important selon le directeur général de la recherche scientifique et du développement technologique, n’est pas le nombre de laboratoires mais la mobilisation des chercheurs. L’Algérie compte 600 chercheurs pour un million d’habitants. A titre de comparaison, la France en compte 4300 pour le même nombre d’habitants. Ce sont là des indicateurs à prendre en compte pour valoriser la recherche scientifique en Algérie, car nous sommes loin des normes dit-il. Par ailleurs, selon le même responsable, il est regrettable de constater l’absence d’un dispositif d’évaluation du système national de recherche pour mieux détecter les faiblesses et mieux répartir les compétences. Evoquer la recherche scientifique, c’est avant tout saisir ses enjeux stratégiques et faire ressortir son importance dans le cadre du processus de développement de la société, c’est aussi faire de la valorisation des résultats une véritable politique nationale pour le développement vers une société plus moderne s’adaptant aux nouvelles technologies. C’est ainsi que les observateurs du développement de la science, insistent sur la nécessité de trouver une alliance entre le pouvoir politique et la communauté scientifique afin de baliser le terrain de la valorisation et l’exploitation des résultats et surtout pour aboutir à cultiver l’esprit de la complémentarité dans la gestion du développement du pays. De ce fait, la recherche scientifique soit s’adapter aux nécessités multidimensionnelles de la société pour faire face à ses besoins, voire à créer d’autres pour les satisfaire dans l’avenir. Les assises de la recherche dans les pays développés, sont organisées périodiquement pour l’évaluation et l’identification précise des ressources humaines, matérielles et financières affectées à la recherche, à la définition des objectifs des programmes de recherche, gouvernementaux public et privé. Ces évaluations concernent aussi et surtout la contribution des résultats aux finalités du développement. Par ailleurs, il est aussi important de relever que la science a été longtemps bloquée en Algérie, le statut tant réclamé par la communauté scientifique et l’argent du contribuable qui était consommée de façon aléatoire et administrative, ont été pour beaucoup dans le retard considérable enregistré dans ce domaine. Les choses semblent s’améliorer et l’Etat décidé plus que jamais de mettre à la disposition de nos chercheurs tous les moyens pour leur permettre de travailler dans la sérénité. L’expérience de certains pays a démontré que la valorisation de la recherche passe par l’implication des différents acteurs de la société qui donne les moyens mais exige des résultats et demande des comptes.

Amara Mohamed
Mardi 16 Mars 2010 - 10:36
Lu 309 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+