REFLEXION

La queue du lion



La queue du lion
Contrairement aux autres populations arabes « fauves », plutôt solitaires, le peuple algérien «  lion » vit en communauté avec des règles et des principes bien établis, dictés par les recommandations du FLN-54. Qui Force de la nature, le lion reste très sociable, polysémique et se défend plus qu’il n’attaque. Malgré sa force, il ne fait du tort à personne et ne s’attaque qu’à celui qui ne respecte les règles et les lois qui régissent sa troupe, ou qui dépasse les limites de son territoire. C’est cet animal exemplaire qui fait l’emblème de notre pays l’Algérie. Depuis l’avènement de l’alternance, le peuple algérien, malgré les déceptions successives dues aux scandales de la gestion des grands projets phares tel que l’autorité est-ouest qui a transformée le ministre des TP en un président de parti TAJ, c.à.d, un Roi avec un « Tadj » et un renoncement des promesses tenues, le peuple algérien reste calme et comme un lion en cage ne sort pas encore ses griffes. Le citoyen algérien, aujourd’hui peut faire entendre  sa voix par une manifestation aiguë d’un trouble physique ou moral: crise cardiaque, crise de rhumatismes, crise d’asthme, crise d’entérite. Mais au-delà de ce comportement, il ne peut éternuer de peur qu’il soit repéré  par le sentinelle de la forêt qui fait peur même au lion de la forêt. Et que dire des bébés lion, sinon qu’ils sont en perte de repères, attirés par de faux fauves  tels que les partis nés avec des moustaches comme le RND et le TAJ ,matérialisant des rêves de vivre  en lion comme leurs ancêtres  impatients de réussir, ils se risquent trop, ils cherchent à travailler sans trouver d’emploi, voulant s’instruire et avoir un diplôme sans valeur; ne croyant plus ni en eux-mêmes, ni en leurs pays, ne trouvant de solution autre que celle de « HARGA », au risque d’y perdre la vie .Dans cette situation socio-économique de sauve-qui-peut, les bébés lions et le lion sont débordés et désarmés, ne sachant plus à quel saint ou quel marabout se vouer, perdant de plus en plus leurs droits de vivre librement, ils retournent en cage n’attendant un jour meilleur.

Riad
Samedi 15 Septembre 2012 - 23:00
Lu 241 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+