REFLEXION

La pomme de terre fait des siennes à Tlemcen

« En allant au marché ou chez le marchand de légumes du coin, les gens ont beaucoup de mal à remplir leurs paniers. Cela n’est pas dû à une quelconque pénurie puisque les produits sont exposés en abondance. La cause, il faut la chercher du côté de la cherté excessive qui caractérise la mercuriale depuis quelque temps. »



Ce constat a été fait par un père de famille de Tlemcen, retraité depuis deux ans avec une pension de 20 000 Da par mois, qui revenait presque bredouille de chez le vendeur de légumes du quartier où il réside. Montrant ce qu’il y avait à l’intérieur du panier, des carottes (50 Da/kg), des fèves à 90 Da/kg quand même, une tête de chou-fleur pesant un kilogramme (80 Da) et un kilo de tomates trop mûres (40 Da/kg), il dira voilà ce que j’ai pu acheter aujourd’hui en faisant un petit effort d’ailleurs.  A la question de savoir pourquoi il n’y avait pas de trace de pomme de terre dans son panier, il respirera profondément avant de répondre : « En ce moment, elle est inaccessible pour moi et pour de nombreuses gens dont les revenus sont modestes et les ressources limitées. Ma famille composée de huit personnes dont cinq âgés entre 13 et 21 ans ne peut pas se permettre d’acheter la pomme de terre pour la bonne raison que deux kilogrammes ne suffisent pas pour satisfaire la faim de tout le monde. Etant donné que le tubercule est l’aliment préféré des jeunes, si je m’amuse à acheter 3 kg par jour, il faudra que je débourse autour  de 7000 Da par mois. Ajoutez à cela le pain (3000 Da/mois à raison de 10 baguettes par jour) et le lait (1500 Da/ pour deux sachets/jour). Ainsi j’arrive à 11500 Da et ce n’est pas encore terminé pour la seule nourriture car il faut s’approvisionner en sucre, huile et d’autres produits nécessaires à la cuisine. La quasi-totalité de ma pension est « bouffée » par la nourriture sans que celle-ci soit en quantité suffisante, ni de bonne qualité. La situation vécue par cette famille est identique à celle de nombreux autres ménages qui éprouvent les pires difficultés pour assurer leur nourriture quotidienne. Encore que ces gens arrivent tant bien que mal à subsister en faisant un peu de « gymnastique » leur permettant de s’en sortir quoiqu’aux dépens de leur état de santé. Il y a, en effet, d’autres familles qui endurent leur mal en patience en se contentant de ce que peuvent leur offrir leurs concitoyens généreux ou, pour certains d’entre eux, à faire l’après marché hebdomadaire à la recherche de quelque aliment quasiment non comestible (et invendu) que les marchands laissent sur place en quittant les lieux. La vie est d’une cherté angoissante ces jours-ci pour les pauvres consommateurs qui ne savent plus à  quel saint se vouer et la pomme de terre, reine de la table,  fait des siennes en s’affichant à des prix excessivement élevés puisqu‘elle est cédée entre 90 Da et 100 Da/kg, ce qui ne manque pas de faire monter dangereusement le taux d’adrénaline des pères de familles soumis à une pression insupportable. Pour expliquer cette flambée du prix de la pomme de terre, certains connaisseurs parlent du mauvais temps qui a endommagé la production ; mais d’autres n’hésitent pas à pointer du doigt les propriétaires de chambres froides qui régulent à leur gré l’approvisionnement des marchés de gros pour  dicter leur prix. Quelle qu’en soit la cause, les consommateurs sont loin d’être les rois.

Razen
Mercredi 14 Mars 2012 - 11:27
Lu 312 fois
RÉGION
               Partager Partager


1.Posté par yasmine le 17/03/2012 14:59
quelle honte,on parle de la pomme de terre comme si on parlait du caviar,jusqu 'a quand la pomme de terre restera notre principal souci dans un pays qui peu nourrire toute la planete tellement que notre terre est bonne pour produire cette donrée si précieuse aux yeux des plupart des algeriens;ahchouma wallah,!


A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+