REFLEXION

La police fait le ménage à la corniche oranaise

102 INTERPELLATIONS ET PLUSIEURS RESEAUX DE PROSTITUTION DEMANTELES

Une descente policière en force a été effectuée dans la nuit du mercredi au jeudi dans la corniche oranaise où toutes les niches de prostitution, points de vente illégaux de boissons alcoolisés et les restaus sans papiers ont été passées au peigne fin par les brigades de la BRI de la sûreté de wilaya d’Oran sous le commandement du chef de sûreté de la wilaya en personne. Bilan : 102 interpellations, et plusieurs réseaux de prostitution démantelés.



Plus de 102 personnes ont été interpellées, dans la nuit de mercredi  à jeudi  au cours d’une vaste opération de sécurisation dans les quartiers chauds de la commune d’Ain El Turck. Un véritable harcèlement contre les bandits. Les citoyens en ont assez des attaques à main armée, la police aussi. Des éléments armés relevant de la  brigade antigang  en étroite collaboration avec les éléments de la brigade judiciaire et canine  en compagnie des éléments de la Sûreté de daïra d’Ain El Turck  ont fait une véritable opération de dissuasion dans les  plages et quartiers chauds  dans la commune d’Ain El Turck, du fait que  cette soirée  n’a pas du tout été magnifique pour certains. La soirée a viré au drame pour les uns et l’alcool devenait du vinaigre pour les noctambules des bas quartiers. Les éléments de l’unité d’intervention rapide (BIR), ces policiers musclés, encagoulés et munis de fusils à pompe, sont descendus dans les quartiers jugés chauds en matière d’insécurité dans les plages de Trouville, Paradis plage, Ain El Turck et Cap Falcon. Ils ont sillonné en pleine nuit les ruelles les plus dangereuses de cette cote  balnéaire, 36 individus ont été interpellés. Ils ont fait l’objet d’un examen de situation au poste de police à Ain El Turck. « Ils n’avaient ni carte d’identité nationale ni d’autres papiers permettant leur identification. La plupart sentaient de l’alcool et d’ailleurs ils ont été pris dans  des lieux de débauche, des garages à bateaux  et maisons de  rendez-vous  et autres lieux de débauche.  Cette descente dans quelques quartiers a permis de constater que les gens ne savent même pas la nécessité d’une carte d’identité nationale pour leur vie. L’opération de dissuasion qui est une intervention musclée de la police, tend vers cette conscientisation et de rappel à l’ordre. Oui, nos hommes l’ont fait un peu de manière virulente. La raison est de véhiculer l’idée que la corniche oranaise  est dans un état de droit et la police d’intervention est là pour protéger les gens et traquer les hors-la-loi » a souligné le responsable de la brigade   BRI (Brigade rapide d’intervention). Cette démonstration de force de mercredi  dernier a porté ses fruits puisqu’aucune attaque à main armée n’a été signalée pendant le week-end. Une situation qui permet de dire alors que la présence policière et la dissuasion (musclée) sont des besoins immédiats dans les quartiers chauds. Il est évident que si l’opération du genre continue, les attaques diminueront. La preuve est là : il faudra juste deux voitures tout-terrain et  au moins 50 hommes de l’unité d’élite pour maîtriser la sécurité de la corniche oranaise. Qu’on ne dise pas que les moyens manquent, puisque c’est la sérénité des deux milliers de gens qui entre en jeu.  

Medjadji. H
Samedi 5 Avril 2014 - 10:55
Lu 960 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+