REFLEXION

La polémique finira par s’estomper



La polémique finira par s’estomper
Tout est relatif en ce bas monde. Un sujet qui peut passer pour explosif en 2009 rétrograde au niveau de petit détail en 2010. L’exemple des accidents de la circulation est édifiant. L’on parle beaucoup ces derniers temps. Les quatre mille morts par an attristent plus d’un et l’on reparle à chaque dépassement dangereux constaté sur la route. Mais il arrive aussi que l’on soit soi-même responsable d’une situation plutôt problématique, il arrive aussi que l’on soit tellement préoccupé par un évènement particulier, que l’on oublie les quatre mille morts et on ne commente même plus les refus de priorité, la non observance du stop…etc, on liquide ce genre de chose avec un petit signe rapide de la main et on se remet à discuter du sujet de l’heure. Vous avez tous connu pareille situation lors de la phase de qualification pour la coupe du monde de football. Et c’était formidable, car tout le monde était d’accord et puis, même en cas de divergence ça passait très bien puisque l’ambiance était au top. On rigolait de nos divergences. Mais il est des sujets plus graves, du genre celui en rapport avec les ravages de la drogue en Algérie. Les saisies de plus en plus, importantes de stupéfiants sont véritablement un motif d’inquiétude pour nous autres citoyens qui construisons tout, un scénario digne des films de gangsters. Nous y mettons un peu de piment, histoire de piquer les responsables et nous arrivons à nous faire peur nous-mêmes après que l’on ait fini par mettre tout le monde, services de sécurité, politiques fonctionnaires, dans le même sac. Les chiffres de la drogue, rendus publics très récemment, font état de la saisie de plus de 74 tonnes de cannabis pour l’année 2009, il y a de quoi monter un scénario de films d’horreur. Rendez vous compte de l’importance du trafic des sommes d’argent colossales qu’il y a derrière, du grand danger, qui guette la jeunesse algérienne. Même si les spécialistes considèrent que notre pays est une voie de passage, rien n’empêche les trafiquants d’en faire une zone de consommation… enfin, vous admettrez que le sujet est tout de même grave et peut relever de la sécurité nationale. Mais il faut croire, qu’en ce moment, le trafic de drogue n’est pas le principal sujet de préoccupation, ni le mondial d’ailleurs et encore moins les accidents de la circulation. Ce qui, chiffonne les Algériens, c’est comment vont donc réagir, certains face à l’exigence d’ôter le hidjab pour la photo du passeport biométrique. La polémique autour du passeport qui fait rage concerne aussi cette histoire, de questionnaire. Un vrai casse tête. Comment trouver un vieil ami d’enfance ? Et ce n’est pas fini, il faut lui ouvrir une boite e-mail. Et bien ceux qui pensaient faire un trait sur leur passé, n’auront pas de passeport biométrique un point c’est tout.

T.A
Dimanche 18 Avril 2010 - 11:04
Lu 444 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+