REFLEXION

La permanence des pharmacies n’est pas respectée à Tissemsilt



Il vous est aisé d’imaginer les conséquences si vous êtes à la recherche d’un médicament et vous ne trouverez plus de pharmacie qui assure la permanence nocturne, le désappointement et la rage vous font monter la tension à vous rendre aveugle notamment quant le lieu n’est autre que le chef lieu de la wilaya Tissemsilt, par ces temps caractérisés par l’absence du contrôle, tomber malade la nuit c’est que vous risqueriez de payer chère. Ce service de nuit à Tissemsilt n’est malheureusement garanti que sur du papier, l’officine la plus tardive baisse rideaux aux environs de 23 heures puisque la pratique est devenue un commerce lucratif qui s'exerce du matin à la tombée de la nuit tandis que la permanence pourtant obligatoire est renvoyée aux calendes grecques  et cette obligation  tend à disparaître, au grand dam de la population. Beaucoup de citoyens, confrontés à des besoins stricts urgents en médicaments indispensables, se sont plaints de ne pas trouver de pharmacies ouvertes pendant la nuit et le registre de réception auprès du commissariat central confirme le nombre de personnes qui se sont présentées demandant l’aide ou tout simplement pour marquer l’absence de cette prestation de service inévitable, c’est une démission totale des pouvoirs publics plus précisément des responsables concernés qui continuent de faire croire à la population par leurs chiffres que le secteur de la santé va bien, un père de famille dont la fille souffrait d’un intoxication alimentaire a déversé sa colère au commissariat après avoir constaté la fermeture systématique des portes de toutes les pharmacie de la ville sauf celle de l’état située près de la polyclinique mais malheureusement pour cette officine, l’indisponibilité des médicaments fait d’elle le dernier endroit ou chercher un médicament  « j’ai consulté la liste des pharmacies de permanence au niveau du commissariat mais malheureusement la pharmacie censée assurer la garde n’était pas ouverte et je ne pouvais laisser passer sous silence cette insensibilité, ce désintérêt et cet égoïsme des pharmaciens pour la vie humaine » Cependant, certains pharmaciens pourraient trouver en la question de l’insécurité une simple excuse pour réduire leurs horaires de travail et ne pas avoir à recruter d’autres vendeurs, car la vente le soir n’est pas rentable au point permettant d’assurer un salaire de plus. Désormais, les citoyens s’interrogent s’il y a une solution à cette désertion car la santé de la population en dépend.

A.OULD EL HADRI
Mardi 3 Juin 2014 - 10:57
Lu 230 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+