REFLEXION

La mort d’un géant



La mort d’un géant
Il n’était pas l’un des décideurs dans l’Algérie de 1962, malgré qu’il était parmi les moudjahidines de la première heure .Mais après la disparition du deuxième président de la République, Boumedienne ; il fut le superviseur de la continuité des idéaux révolutionnaires du 19 juin 1965, malgré lui parce qu’il a été obligé de succéder son  colonel ami d’armes  « Boumedienne » pour devenir le troisième président de la République. L’amour pour la patrie l’oblige à le faire et à se sacrifier aussi pour dresser le train du parti FLN qui déraillait de sa noble mission ; mais en touchant au gros lobby il signait son fin mandat à la présidence comme au secrétariat du parti. Enfin, le feu Chadli ; qui fut tant insulté par ses adversaires mais ceux du FIS qui les a parachutés au-dessus de la scène politique  après qu’ils étaient engouffrés dans les ténèbres de la prison et des mausolées ; son image fut rétablie par le temps parce que l’histoire n’a jamais opprimer les innocents et les nationalistes. Et Chadli Bendjeddid devint le père de la révolution dans toute l’histoire de l’Algérie indépendante. Et comment puisque c’est lui qui a ouvert le champ politique et la liberté d’expression ! Et qui se souvient des années roses du règne de Chadli dans les années 80 ; il se souviendra que le peuple algérien est le seul en Afrique et dans le monde arabe qui mangea les bananes et les kiwi alors que les autres peuples des pays arabes se musclent aujourd’hui par la démocratie importée par le printemps ne les voyaient que dans les spots publicitaires des chaines de l’oncle Sam. Aujourd’hui l’histoire n’en retient que peu de son œuvre méconnue par une plus grande jeunesse algérienne qui est née  après la période des évènements d’octobre et notamment durant la décennie noire, comprendront un jour la valeur de cet homme qui a quitté la présidence pour libérer sa conscience et même vingt ans en dehors d’El-Mouradia , il n’a jamais critiqué le pouvoir actuel ou accusé ce qu’ils l’ont accusé un jour ,car il est convaincu que l’histoire se souviendra un jour de son épopée .     

Touffik
Dimanche 7 Octobre 2012 - 23:00
Lu 397 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+