REFLEXION

La médecine alternative se développe étrangement à Bechar

A Béchar, jamais la nature n’a été au service de la santé que ces derniers temps dans cette ville. Des plantes et des organes d’animaux exposés à la vente, sont en effet utilisés à des fins médicales, pour soigner, diagnostiquer, prévenir ou préserver certaines maladies. C’est du moins ce qui ressort des propos tenus par les marchands de ce genre de produits. Le recours à la médecine traditionnelle pour répondre à certains besoins en matière de soins est, selon beaucoup de gens que nous avons interrogés, justifié par l’efficacité et le résultat positif qu’elle (la médecine traditionnelle) donne.



L’utilisation de différentes plantes médicales pour des soins de fortes fièvres, fatigue, maux de tête ou d’estomac, est soulignent-ils, monnaie courante. D’où la prolifération des herboristes et autres guérisseurs improvisés pour la circonstance. « C’est grâce à la tisane de gingembre que mon fils, qui était presque mourant, s’est rétabli et se porte bien maintenant. Cette tisane semble avoir diminué la fatigue constante dont il se plaignait, et l’a aidé à surmonter le stress qu’il avait après son échec au bac », nous a révélé un père de famille. Et de poursuivre : « les herboristes sont pris d’assaut par des gens à la recherche de remède efficace, barrant la route à toute sorte de virus, notamment en cette période de début de chaleur caniculaire ». Ainsi, depuis des années, la phytothérapie est passée de la phase empirique à la phase scientifique. « Des études cliniques ont identifié les composants et les extraits actifs de plusieurs plantes dont les vertus sont chaque jour confirmées », a souligné le Dr Boussad du secteur sanitaire. Il est à noter, que diverses types de tisanes, de crèmes à base de plantes et autres poudres soigneusement mise dans des sachets avec étiquette indiquant à quelle pathologie elles conviennent regorgent les étals des herboristes et même des épiciers. D’autres genres de produits servent, dit-on, à traiter des problèmes digestifs, de tension artérielle et même neurologiques.  Ces médicaments traditionnels peuvent aussi avoir des effet nuisibles, voire dangereux ; L’inquiétude devient grande du fait que le marché des plantes médicinales se développe et a d’énormes retombées sur le plan commercial, d’une part, et d’autre part, il risque de menacer la biodiversité en raison du pillage des matières premières nécessaires à la fabrication des médicaments conventionnels ou d’autres produits de santé naturelle. Selon un membre d’une association écologiste, « ces pratiques, si elles ne sont pas encadrées, pourraient entrainer l’extinction d’espèces en danger ainsi que de la destruction  de ressources ». Pour sa part un pharmacien établi sur la place publique dira à ce sujet : « Il ne faut pas oublier que plus de 25% des produits pharmaceutiques sont préparés à base de plantes qui, au départ, étaient utilisées de manière traditionnelle. L’acupuncture a fait la preuve de son efficacité pour soulager les douleurs postopératoires, les nausées pendant la grossesse ainsi que les douleurs dentaires ». « La médecine traditionnelle peut, d’autres part, agir sur les maladies infectieuses », a relevé notre interlocuteur et de poursuivre : «  c’est en 2002 que l’organisation mondiale de la santé a mis en place sa première stratégie globale en matière de médecine traditionnelle. Cette stratégie consiste à aider les pays à élaborer des politiques nationales d’évaluation et de règlementation des pratiques de la médecine traditionnelle et de la médecine complémentaire ou parallèle, développer la qualité des produits et promouvoir l’usage thérapeutique  judicieux de cette médecine traditionnelle ». Cependant, l’intervention des pouvoirs publics pour contrôler tout excès dans ce domaine afin de préserver des vies humaines contre l’abus, est plus que nécessaire. Il s’agit, en effet, de la santé des gens qui semble être en jeu et entre les mains de revendeurs de plantes médicinales généralement peu connaisseurs en la matière. 

FENDAOUI HADJ
Dimanche 11 Mai 2014 - 10:52
Lu 1078 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+