REFLEXION

La loi des épées à Oran !

Le quartier Sidi-El-Houari vit une situation difficile depuis quelques jours, en effet, il y eu plusieurs vendetta entre des jeunes du quartier Derb et ceux de la rue de Philippe. Il y a une semaine, plusieurs jeunes armés de Bouchia, de bâtons et d’épées, se sont rassemblés au niveau du quartier Derb avant d’entreprendre une décente à la rue de Philippe, en empruntant la place « des victoires ».



La loi des épées à Oran !
Cette situation a provoqué une véritable panique parmi les riverains et les gens, qui attendent les taxis à destination de la Corniche. Profitant de cette anarchie, beaucoup de jeunes ont agressé des gens pour leur subtiliser leurs biens personnels, des agressions gratuites et qui ont pour but de semer la peur et la terreur parmi la population. Une fois arrivés à la rue de Philippe, les jeunes de ce quartier ne se laissent pas faire et notamment ceux, qui étaient visés. Il s’agit d’après des témoins d’une bande de frères, qui vendent clandestinement des boissons alcoolisées et dont l’un d’eux a été agressé à Derb par un jeune du quartier qui l’a grièvement blessé au bras. C’est en se vengeant, qu’il a provoqué cette vendetta. L’intervention des services de sécurité a été semble t il inefficace, les policiers en nombre inférieur ont été incapables de ramener le calme et ont du battre en retrait. Le rapport de force n’est pas équilibré car les malfrats usent de toutes sortes d’armes blanches alors que les policiers ne peuvent user de leurs armes, est-ce que c’est logique ? Les malfrats profitent de cette situation et de la conjoncture difficile que traverse le pays. D’après les gens du voisinage, la tension est toujours palpable entre les jeunes des deux quartiers et il y a de la vengeance dans l’air. Les deux camps sont rancuniers et personne ne veut s’avouer vaincu. Il faudrait s’attendre à des actions similaires et s’il n’y a pas, une intervention énergique et des sanctions exemplaires, la situation risque de déraper et il pourrait y avoir mort d’homme. Les habitants du quartier vivent dans la peur et doivent s’enfermer dès que la nuit tombe évitant de faire un tour dehors. Du côté de Ras El Ain, une bande de « voyous » écument les lieux et agressent les filles, ces malfrats qui sont connus pour leur lâcheté, s’attaquent uniquement à la gente féminine. Un groupe de jeunes du quartier, a décidé de réagir et il aura fallu recourir aux armes blanches ; l’intervention des policiers s’est faite deux heures plus tard mais une fois arrivés sur les lieux, les malfrats avaient déjà pris la poudre d’escampette.

Mihoub
Lundi 10 Octobre 2011 - 09:04
Lu 766 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+