REFLEXION

La grande usurpation



La grande usurpation
Certains se prennent pour des chevaliers de la plume, et se permettent même le luxe de surfer, quand le terrain est libre bien sûr. Aussi avec la bénédiction de leur couverture, ils arrivent à faire de leurs navets des œuvres que personne ne lit d’ailleurs. Ils n’arrivent pas à faire la différence entre un passé composé et un imparfait ‘parfait’. Ils ne savent pas hélas, que la sagesse nous dicte d’être raisonnables et compréhensifs, mais pas au point de fauter en voulant bien faire, il est de notre devoir de prévenir ou de conseiller. Car les verbes savoir et connaître, se conjuguent dans les deux formes, affirmative et négative : Je sais … je ne sais pas…. Je connais…. je ne connais pas. Une règle très simple qu’il faut respecter c’est tout, ce n’est pas de la mer à boire. On ne peut pas faire d’un ruisseau, un fleuve. De grâce abstenons-nous d’écrire des absurdités. Savoir lire et surtout écrire c’est tout un art et celui qui maitrise son art est un artiste. Donc, ce n’est pas permis à tout le monde. A bon entendeur salut !

. .
Vendredi 5 Mars 2010 - 10:17
Lu 396 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+