REFLEXION

La coopération anti terroriste entre Paris et Rabat au point mort !



Depuis février 2014 les relations franco-marocaines ne sont plus au beau fixe. Les échanges en matière de lutte antiterroriste sont gelés.
La crispation subite des relations franco-marocaines–habituellement excellentes- s'est soldée, il y a un peu moins d’un an, par la suspension de tous les accords judiciaires entre les deux pays. Aucune commission rogatoire internationale (CRI) n’est exécutée; les enquêtes sont en attente, jusqu'à nouvel ordre. La rupture de la collaboration entre les deux pays semble profiter à l'Espagne qui devient un partenaire de haut niveau du royaume marocain. Les relations entre Madrid et Rabat traversent une période euphorique. « Les meilleures dans l’Histoire », déclarait au journal "l’observateur du Maroc" le ministre de l'intérieur espagnol, Jorge Fernández Díaz. Madrid jouerait même le rôle « d'intermédiaire » dans les échanges entre Rabat et Paris. À l’origine des tensions entre Paris et Rabat, il y a l’affaire du patron du contre-espionnage marocain, Abdelatif Hammouchi. Ce dernier s’est vu signifié un mandat d’arrêt à la résidence de l’ambassadeur du  Maroc en raison de plusieurs plaintes pour « tortures et complicité de torture » déposées contre lui à Paris. "Les canaux diplomatiques ont été ignorés", a regretté le Maroc.

 

Salim
Dimanche 11 Janvier 2015 - 19:27
Lu 232 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+