REFLEXION

La chambre de l’agriculture de Mostaganem complètement sclérosée

Titulaire d’une carte de fellah, je ne fréquente la chambre de l’agriculture, que pour faire renouveler annuellement ma carte d’adhérent en dehors toutes animations absentes dans l’agenda de cet organisme



En principe et selon les statuts qui la régissent, la chambre de l’agriculture est une propriété de ces derniers, mais les responsables préfèrent enfoncer une chape de plomb dans cette noble institution imbue par une bureaucratie insolente, absurde, épuisante et vertigineuse.  Le conseil d’administration l’a confine à une simple gestion administrative qui suit doucement son bonhomme de chemin, avec une centralisation obstructive et une tutelle envahissante. Tout d’abord la chambre de l’agriculture devrait être abritée dans des bâtiments à la hauteur de la vocation agricole de la wilaya ; un pôle d’excellence, qui produit diverses spéculations agricoles sur 30.395 ha soit 23,13% de la SAU, et leader dans certains produits stratégiques.
L’ex-chambre coloniale imposante située au centre-ville de par son expression architecturale impériale, réalisée avec les deniers des colons doivent donner à ces responsables à réfléchir que le lieu, a son aspect marketing pour la corporation. Présentement cet organisme est situé sur « les cendres » d’une ancienne ferme coloniale qui fût occupée par la Direction de l’agriculture.
 Le fellah en mettant les pieds dans cet organisme constatera, des locaux sinistres, une hygiène qui laisse à désirer, un accueil des fellahs dans des conditions des plus honteuses, aucune politique d’humanisation de l’accueil, sauf un personnel très affable accueillant mais travaillant dans des situations difficiles. Le secrétaire général fait ce qu’il peut connaissant le mental des fellahs il arrive à mieux communiquer avec eux.
Je me suis présenté tout dernièrement à la chambre pour demander une radiation de l’adhésion à partir de l’année 2014 de mon épouse pour un dossier administratif, la préposée me réclame de s’acquitter d’abord de l’année 2015 et attendre que la commission se réunit dans deux mois c'est-à-dire que je ne pourrais retirer la radiation qu’en février 2016. Me réclamer de régler inutilement l’année 2015, je considère cela s’accommode à du racket, en plus ces responsables ne se soucient guère des doléances de leurs adhérents ni de leurs préoccupations ils voient en nous un billet de 1000 dinars le montant de l’adhésion et c’est tout.
Au moment où toutes les administrations et les institutions se démènent pour lutter contre la bureaucratie, la chambre de l’agriculture, au contraire, encourage sa production comme une matière malléable selon son désirât. Ils signent et persistent.
Il est temps que cela change, nous voudrions avoir une chambre de l’agriculture avec un conseil d’administration et son président compétents dont je fais appel à leur conscience pour répondre aux grands défis auxquels sont confrontés et les défis alimentaires , les défis de l’environnement, les défis énergétiques , c’est une question de souveraineté nationale et  ils doivent le savoir et s’en inquiéter sinon ils doivent laisser aux hommes qu’il faut à la place qu’il faut.
Le premier métier de la chambre sera l’appui au fellah et la gestion de certains projets innovants car elle doit être impliquée dans des dispositifs d’innovations. Créer à son nom des stations expérimentales, faire le suivi de plus de 22.000 fellahs de la région et non pas les quelques associations corporatistes que sont livrées à elles-mêmes et s’impliquer dans la réalisation des essais de cultures dans des exploitations agricoles pour susciter la productivité.
L’observation des pratiques agricoles en lien avec les problématiques éco - environnementales, et socio-économiques. Ces actions doivent se reposer sur des approches en synergie dans des domaines d’innovations de plus en plus diversifiées en matière de productions et d’élevages, d’insertion ou encore de méthodologie en conseil en formation ou en développement.
Soutenir les actions de la santé animale, vulgariser les cultures raisonnées pour préserver la santé des consommateurs et réfléchir dès maintenant pour élaborer une stratégie pour soutenir le méga – projet agro-alimentaire d’El Borgia.
Et plus important encore, recruter des consultants dans tous les domaines pour faire susciter la grandeur de l’activité intrinsèque de la chambre, celle – ci doit bouillonner d’intense présence des fellahs en se sentant comme chez eux. Je fonde cet espoir de voir un jour cette noble institution s’épanouir pour la promotion de notre agriculture à Mostaganem.

 

Krelifa Mohamed
Vendredi 8 Janvier 2016 - 16:32
Lu 307 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+