REFLEXION

La bureaucratie encore et toujours à Bechar

En dépit des mesures prises et directives émanant des plus hautes autorités de l’Etat facilitant le rapprochement de l’administration des citoyens, rien ou presque n’a été concrétisé sur le terrain à Bechar.



En effet, l’impatience des citoyens face à l’insolence, aux lenteurs bureaucratiques et à la négligence avec laquelle certains agents et responsables des administrations publiques et collectivités locales humilient et sous-estiment des citoyens livrés à leur bon vouloir, reste le point noir qui continue non seulement à  faire éloigner l’administration de ses administrés, mais aussi à renforcer davantage la perte de confiance du citoyen dans les services publiques et institutions de l’Etat. L’absence d’esprit d’initiative et l’inefficacité presque absolue à l’origine d’un dysfonctionnement qui ne dit pas son nom de certaines structures administratives locales, à l’image par exemple d’un certain nombre d’APC, où les maires récemment élus sont quasiment démissionnaires de leurs postes et viennent  rarement à leur bureau, laissant des dizaines de parafeurs contenant le courrier sans signature pendant des jours. Cette attitude adoptée par ces présidents d’APC rend beaucoup de municipalités inefficaces et pousse les citoyens à rouspéter et à se chamailler avec des  agents de l’APC, surtout quand ils réalisent que leurs papiers n’étaient pas signés à cause des absences à répétition du maire. Ces présidents d’APC qui font tout pour paralyser la bonne marche de l’administration dont ils ont la charge, notamment ces derniers temps demeurent montrés du doigt par un certain nombre de leurs administrés qui n’hésitent pas à leur rapprocher ces insuffisances, dira-t-on.  Sur un autre volet, non moins important que le premier, il s’agit de la délivrance des passeports permis et cartes grises,  qui malgré les mesures d’allégements prises pour faciliter l’obtention de ces documents aux citoyens, la situation sur le terrain ne semble pas avoir avancé comme prévu et beaucoup reste à faire encore. Visiblement tous les jours que Dieu fait des chaînes se forment devant les guichets des services concernés des daïras et wilayas, des administrés se présentent pour se faire délivrer un passeport, un permis ou une carte grise… Les mêmes scènes se passent au niveau des services d’état civil.

Fendaoui Hadj
Dimanche 22 Juin 2014 - 10:56
Lu 94 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+