REFLEXION

La Sonelgaz mise à l'index à Relizane. Un père et ses deux enfants victimes d’une explosion de gaz,

Où se donner de la tête quand on est trois fois victime ? C’est ainsi que raisonne un père de famille, M. Raïs Ahmed. Victime en même temps que ses deux enfants mineurs d’une explosion de gaz, il se retrouve comme ses enfants complètement défiguré, perdu dans les rouages des procédures et expertises et surtout face à une puissante entreprise d’état habituée à des citoyens découragés quand il s’agit de faire face à l’état. Et pourtant, M. Raïs est dans ses droits et un petit geste des responsables pour le guider dans les ténèbres de l’administration serait bénéfique et redorerait le blason d’une entreprise étatique qui n’est pas si bien cotée chez les citoyens. Reste à M. Raïss de faire face à la direction de la CAAT en même temps que la Sonelgaz et ce n’est pas une mince affaire.



La Sonelgaz mise à l'index à Relizane. Un père et ses deux enfants victimes d’une explosion de gaz,
Muni d’un dossier comprenant une copie du jugement de la cour de Relizane, rendu le 27.O4.2009 et de 4 photos, M. Raïs Ahmed, demeurant à la cité Aïssat Idir, dans la commune de Relizane, s’est présenté à la rédaction de notre journal pour nous faire part de l’incident dont ils ont été victimes, lui et ses deux enfants mineurs, suite à une explosion de gaz provoquée par une fuite survenue à l’intérieur de son domicile. Selon ses déclarations, les faits remontent au 30 janvier 2008. Ce jour là, M.Raïs Ahmed devait effectuer des travaux de réparation au niveau de la conduite d’eau alimentant sa salle de bain, à la suite d’une fuite constatée auparavant. Au moment où il s’apprêtait à souder la partie endommagée de la conduite d’eau, et au moment même où il alluma son chalumeau, il fut surpris par une explosion, suite à une fuite de gaz, qu’il n’avait ni constatée ni suspectée auparavant. Le gaz qui a été à l’origine de l’explosion provenait d’une fuite au niveau du tuyau de raccordement au gaz de ville situé à l’entrée de son domicile. Comme le montrent les photos en notre possession, M. Raïs et ses enfants, Bouziane et Adda, tous deux mineurs, ont subi des brûlures au niveau de leur visage et leurs membres supérieurs, laissant des séquelles visibles malgré les soins qui leur ont été prodigués. M. Raïs nous affirme que la direction de la Sonelgaz de Relizane, après avoir fait opposition au jugement rendu par le tribunal, en date du 29.11.2008, ne semble pas décidée à appliquer les décisions contenues dans le jugement de la cour rendu le 27.04. 2009. M. Raïs affirme, par ailleurs, que la Sonelgaz réfute carrément ses déclarations ainsi que le contenu du rapport établi le 30.01.2008, sous le n° 990/09 par les éléments de la police et ajoute que les agents de ladite société se sont dépêchés sur les lieux où ils ont constaté l’endroit d’où provenait la fuite de gaz, après qu’ils avoir creusé en trois endroits différents, tel que le montre la photo jointe au dossier. M. Raïs ne demande rien d’autre que la réparation des préjudices causés par la déflagration dont ils ont été victimes lui et ses deux enfants.

Réflexion
Mardi 6 Octobre 2009 - 21:34
Lu 1111 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+