REFLEXION

La Sonelgaz est saignée à blanc. Une transaction imaginaire de 85 milliards

Les services de sécurité sont entrain d’enquêter sur une affaire de transaction imaginaire de 85 milliards dont des directeurs et cadres de ce groupe sont impliqués. à révélé, dans ce numéro El Khabar hebdomadaire



La Sonelgaz est saignée à blanc. Une transaction imaginaire de 85 milliards
Selon la source un responsable de « Sonelgaz distribution » a pu duper l’inspection générale des finances et dissimuler plusieurs faits, notamment des malversations dans plusieurs projets, avec la complicité d’un inspecteur du ministère des finances ainsi que le directeur général de ce groupe, M. Noureddine Bouterfa, suite à une enquête qui a été menée par l’inspection sur l’évaluation du programme d’alimentation en électricité et en gaz des régions rurales, en plus de transactions fictives et dont les responsables de ces dernières ont obtenu leurs dus, en plus de plusieurs avantages dont ils ont bénéficié, suite à ces projets imaginaires.Ce ne sont plus seulement les transactions imaginaires qui avaient eu lieu, au niveau de la caisse des fonds sociaux et culturels du groupe « Sonelgaz » qui ont fait, d’ailleurs, l’objet d’enquête par les services de sécurité compétents. Des sources bien informées de ces dossiers ont révélé, par ailleurs, qu’un nombre de transactions ont été signées, dans le cadre de l’alimentation des régions rurales par l’électricité, en vertu de la loi n° 02-01, publiée le 5 Février 2002, relative à la distribution du gaz et de l’électricité et en vertu de laquelle, il a été crée une entreprise autonome chargée de la distribution, appartenant à ce groupe.Les mêmes sources ont affirmé que de grands responsables de la Sonelgaz sont derrière plusieurs autres scandales, suite auxquels de gigantesques sommes d’argent du trésor public ont été détournées au détriment des citoyens et les intérêts suprêmes du pays. Il est à noter que ces transactions suspectes ont été effectuées d’une manière flagrante, ce qui veut dire que les signatures de ces responsables ont figuré dans des documents de transactions illégales, comme si ces responsables étaient confiants et certains qu’ils seraient protégés par la loi. Nos sources ont indiqué que ces responsables exercent toujours et qu’ils bénéficient des mêmes avantages et les mêmes pratiques, en dépit du fait que le ministère de l’Energie et des Mines soit au courant de toutes les pratiques et dépassements qu’ils ont commis, profitant de leur position de responsables et de la complicité des décideurs de cette compagnie considérée comme la société nationale la plus riche après « Sonatrach ». Ces responsables se sont donc consacrés à détourner cet argent au lieu de l’investir dans des projets de développement pour améliorer le niveau de vie des citoyens et dans les grands projets ayant trait à la promotion de l’économie nationale.Licenciement d’un cadre qui a refusé de mentir sur l’inspection générale des finances
Une équipe de l’inspection générale des finances a commencé, à la fin de 2007, à enquêter sur la manière avec laquelle le budget alloué aux projets d’alimentation des villages et zones rurales en gaz et en électricité, au niveau « Sonelgaz distribution Alger » appartenant au groupe Sonelgaz, qui couvre trois wilaya, notamment Alger, Boumerdés et Tipaza a été déboursé. Cette équipe d’enquêteur est intervenue, suite à la divulgation de renseignements, de l’intérieur de cette compagnie indiquant le retard accusé dans la réalisation de certains projets, dans la wilaya de Boumerdés, suite à un trafic dans l’octroi des projets à l’une des compagnies chargées de la réalisation de ce projet. La brigade d’inspection générale des finances a commencé à enquêter, pendant plusieurs mois, sur l’authenticité de ces renseignements et fini par établir un faux rapport indiquant qu’il n’y a pas eu de détournement ou dépassement. On se demande pour quelle raison ? Le rapport de l’inspection générale des finances sous le n°78/RB, daté du 08/09/2007, publié en décembre 2008, dont El Khabar hebdomadaire détient une copie, comporte 55 questions adressées à la compagnie « Sonelgaz distribution Alger », sur un ensemble de lacunes enregistrées dans l’évaluation du programme d’alimentation des régions rurales en électricité et gaz, notamment les communes de Boumerdés. Le directeur général des grandes réalisations a répondu à ces questions par des réponses erronées, visant à duper l’inspection générale des finances. Une fois le rapport en question présenté au président directeur général de cette compagnie, M. El Guechai Djaâfar, ce dernier a refusé de le signer après qu’il ait su que les réponses étaient fausses. Toutefois, le président directeur général de Sonelgaz, M. Noureddine Bouterfa est intervenu et lui a demandé de signer ce rapport sans discussion. Malgré l’intervention du PDG de Sonelgaz, M. El Guechai a refusé quand même de signer le rapport en question et a été licencié de son poste, le jour même et remplacé par le directeur général des grandes réalisations qui a signé le faux rapport et qui a dissimulé cette corruption, ont indiqué nos sources. Cela était rendu possible grâce à la complicité d’un inspecteur général des finances qui avait pourtant entamé cette enquête. Ce dernier a été corrompu, à travers le recrutement de son frère dans le poste de chargé d’études, au sein de cette compagnie. Les mêmes sources se sont assurées que ce dernier fût en contact avec des responsables, au sein de cette compagnie en dehors des horaires du travail, chose que le nouveau président directeur général, responsable des réponses erronées a reconnue. Ce dernier a affirmé dans une correspondance qu’il a adressée au président de l’Inspection Générale des Finances que le frère de « T.F » a été recruté à Sonelgaz.
L’affaire de l’entreprise Portugaise « Iva sic »
Il été révélé, dans la même correspondance, que la compagnie « Sonelgaz distribution Alger » a conclu un accord avec une compagnie Portugaise appelée « Iva sic » relatif à la maintenance des générateurs électriques, d’une valeur estimée à 85 milliards de centimes pour une période de 5ans. En 2008, cette compagnie a obtenu une avance de 25 milliards de centimes, sans qu’elle ne fasse une seule opération de maintenance. Il était prévu que cette compagnie commence à travailler, au mois de Mars, de la même année. Cependant, celan’a pas eu lieu, pour preuve, des incendies se sont déclarés dans les générateurs d’Ouled Fayet et de Bab Ezzouar. Notons qu’une équipe de Sonelgaz a été chargée de suivre les travaux de maintenance, depuis l’année 2000 ; toutefois, le président directeur général de Sonelgaz a recruté de nouveaux cadres, l’année dernière, alors qu’ils n’ont pas l’expérience suffisante pour une telle mission et n’a pas demandé de dédommagement à la compagnie étrangère pour l’avance qu’elle a prise, étant donné que le Président Directeur Général de « Sonelgaz Distribution Alger », lui-même, a obtenu des avantages de cette dernière. Il a, en effet, bénéficié ainsi que son chargée de communication, d’un voyage touristique au Portugal et obtenu des pots de vin sous forme d’une belle enveloppe en euro.
Des factures fictives…
Parmi les transactions suspectes dont nos sources ont affirmé qu’elles se sont produites au niveau de cette branche de Sonelgaz et qui a été citée dans la correspondance sus indiquée, celle qui a été conclue avec une entreprise privée, sous forme de demande d’achat d’équipements de la branche « approvisionnement et d’équipement électrique » appartenant à Sonelgaz. Cependant, cette transaction n’a pas eu lieu et les factures d’achat on été réglées à deux reprises. Nos sources ont indiqué, dans ce cadre, que le fils du Président directeur général de « Sonelgaz » serait un associé dans cette entreprise privée qui n’a pas acheté les matériaux enregistrés dans les bons de commande.
Suite à ces scandales dont la police judiciaire a révélé que certains ont effectivement eu lieu, il a été, dernièrement, décidé d’approfondir l’enquête et de renforcer la brigade de la police judiciaire par quatre cadres compétents de la Direction générale de la sûreté nationale, pour enquêter dans les autres transactions suspectes. Pour sa part, le ministère des finances a décidé de ne plus allouer d’enveloppes financières pour la réalisation de projets de raccordement de l’électricité et du gaz, jusqu’à la fin des projets déjà en cours. C’est une sanction que le ministère a prise après qu’il ait su que le rapport est erroné, les dépassements ont été commis et ont été découverts par la police judiciaire.

Riad
Dimanche 27 Septembre 2009 - 21:18
Lu 422 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+