REFLEXION

La Mafia de la contrebande renforce ses activités sur la frontière avec la Tunisie

Le phénomène de la contrebande sur la frontière entre l'Algérie et la Tunisie, est devenu l'un des plus grands défis rencontrés par les autorités et les services de sécurité des deux pays, lié à des réseaux criminels,à des organisations terroristes, et ses répercussions négatives sur l'économie des deux pays, mais ce qui est épuisant pour les différents services de sécurité, gardes-frontières, douanes et forces militaires c’ est la capacité des contrebandiers de s’acclimater facilement face aux différentes procédures mises en place pour réduire le phénomène, car ils poursuivent constamment leurs activités en dépit du risque qui les menacent.



Les autorités algériennes ont pris des mesures visant à contrer les contrebandiers de carburant, à partir des sources d'approvisionnement,  aux stations de distribution de carburant des secteurs publics et privés, ce qui a permis d’atténuer un tant soi peu la crise de carburant,  après la ratification d’une décision qui a déterminé la réduction d’approvisionnement de la quantité d'essence  à 600 dinars  par voiture, à 400 dinars pour le diesel et 600 dinars pour les camions pour le même produit, en plus de l’adoption de procédures coercitives vis-à-vis des stations suspectées de marchander avec cette mafia, qui peuvent aller jusqu’au gel du registre du commerce et le retrait de la licence d'exploitation pour une période déterminée ou définitive. Ce qui contribue à ce phénomène de contrebande dans cette région de l’est du pays, c’est  notamment la marginalisation, le chômage et l'absence de développement, qui sont les principales  raisons importantes qui poussent  souvent les jeunes à s’impliquer dans ce genre d'aventure, en raison des montants que leurs octroient les  chefs de contrebande. Par exemple un chauffeur qui réussit à faire passer une cargaison de produits prohibés perçoit 5000 dinars, soit l'équivalent de 80 dinars tunisiens, pour chaque opération. Le  lecteur doit  se demander pourquoi tous les contrebandiers recourent au trafic de carburant ? La réponse est simple, parce que ce produit est soutenu par l'Algérie, alors qu’il ne l’est pas en Tunisie, et sa vente dans ce pays revient très chère, ce qui rend la marge bénéficiaire très importante au profit des contrebandiers, et on peut imaginer les pertes que subit  l'économie algérienne. Pour montrer l'ampleur du contrôle des barons de contrebande sur le marché des carburants au niveau la région frontalière de Tebessa, et l'impact de la fluctuation de la distribution dans les stations d’essences, la direction de l'Energie et de l'Industrie de la wilaya de Tébessa, avait révélé des chiffres sur la quantité de carburant qui arrive au quotidien à la wilaya, pour sa distribution à travers 51 stations, et qui est estimée à 23662 mètres cube environ, et dont la majorité des gérants de stations d’essence  obtiennent 12000 litres environ par jour. Dans ce contexte, on a appris que les stations répandues à travers la frontière ferment au plus tard à seize heures de l’après midi après l’épuisement des quantités de carburant, bien que la loi algérienne leur impose de veiller au  processus de distribution jusqu’à dix heures du soir.

Touffik
Mardi 1 Avril 2014 - 12:51
Lu 201 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+