REFLEXION

La France coloniale et ses crimes en Algérie

Entretien avec Youssef Girard réalisé par Mohammed Soltani pour le quotidien algérien de langue arabe El Bilad. L'entretien a été réalisé à l'occasion du quarante-neuvième anniversaire de l'indépendance de l'Algérie acquise le 5 juillet 1962.



La France coloniale et ses crimes en Algérie
MS : Quelle lecture faites-vous des travaux des historiens qui essayent de mettre sur le même pied d'égalité les crimes de l'armée française avec les dépassements commis par le FLN ?
YG : Tout d'abord, établir une telle égalité marque une absence de rigueur méthodologique qui est difficilement compatible avec l'histoire. Il s'agit plus d'un discours idéologique que d'autre chose. Ce discours vise à mettre les colonisateurs et les colonisés au même niveau en effaçant les rapports de domination réels existants dans l'Algérie coloniale. Il élude la domination coloniale et la violence qu'elle charrie puisque la colonisation est d'abord un acte de violence. Les victimes et les bourreaux s'équivaudraient dans la répression et les massacres. Pour ce faire, ce discours idéologique met systématiquement en avant le massacre de Mélouza qui équivaudrait presque à l'ensemble des crimes commis par l'armée française. Si nous analysons sérieusement les faits, ce discours d'idéologie ne repose sur aucun élément solide.
MS : On parle d'un courant qui pousse vers un néocolonialisme en France peut-on avoir plus de détails sur ce sujet notamment dans les sphères officielles ?
YG : Malgré la décolonisation, l'idéologie coloniale reste majoritaire en France ce qui est « normal » au vu du passé de ce pays. Au sortir de la colonisation, Frantz Fanon disait que la question n'était pas de savoir si la France était raciste, mais de se demander s'il était possible que la France ne soit pas raciste en ayant été la puissance coloniale qu'elle a été. On peut poser la même question au sujet du néocolonialisme : la France peut-elle être autre chose qu'une nation néocolonialiste, notamment dans les relations qu'elle entretient avec le Maghreb et l'Afrique subsaharienne, au vu de son histoire coloniale ?
Au-delà de cette perspective historique qui marque la politique française depuis plus de cinquante ans, il est clair que le gouvernement français actuel mène une politique néocolonialiste particulièrement agressive. Ces derniers mois, la France est « intervenue » militairement en Côte d'Ivoire et en Libye, au nom des « droit de l'homme » et de la « démocratie » comme hier elle colonisait au nom de sa « mission civilisatrice ». Fin mai, Nicolas Sarkozy a affirmé que la France garderait « toujours » des forces militaires en Côte d'Ivoire comme si ce pays n'était pas une nation souveraine. Toutefois, si la politique néocolonialiste de Nicolas Sarkozy est particulièrement agressive, elle s'inscrit dans la continuité de celle de ses prédécesseurs.
De fait, la question serait : la France actuelle peut-elle rompre définitivement avec le néo-colonialisme ? Les rapports de force actuellement à l'œuvre dans la société française me poussent à répondre négativement à cette question, au moins pour les années à venir.
MS : Quelle lecture faites-vous des relations algéro-françaises depuis 1962 ?
YG : Depuis 1962, les relations entre l'Algérie et la France sont marquées par l'importance qu'a l'Algérie dans l'approvisionnement de la France en gaz et en pétrole. Comme le secteur des hydrocarbures représente plus de 90% de l'ensemble des recettes d'exportation de l'Algérie cela place l'économie algérienne dans une position de dépendance vis-à-vis du pétrole et du gaz. De fait, depuis 1962, les relations entre la France et l'Algérie sont passées par des phases plus ou moins bonnes mais elles restent toujours structurées par la question des hydrocarbures.
A côté de la question des hydrocarbures, la France s'efforce de maintenir sa langue et sa culture en Algérie comme elle le fait dans tous les pays qu'elle a colonisés. Pour cela, la France s'appuie sur une « élite comprador francophile » qui est son meilleur relais. Cette « élite » est une garantie de la préservation des intérêts politiques, économiques et culturels français en Algérie.
MS : Comment percevez-vous les multiples visites de responsables, officiels et officieux, français à Alger ?
YG : Ces visites doivent être mises en relation avec l'importance que représente le marché algérien pour la France. En raison du dynamisme de son économie, l'Algérie est un marché très intéressant. Les réserves de change de l'Algérie dépassent les 150 milliards de dollars, le PIB par habitant et par an atteint les 4000 dollars et en 2010 l'Algérie a connu une croissance d'un peu plus de 4%. A un moment où l'économie française « stagne », l'argent du pétrole algérien suscite beaucoup d'intérêt au sein des décideurs économiques et politiques français.
Les exportations françaises vers l'Algérie ont plus que doublé ces dix dernières années même si durant cette période les parts de marché de la France en Algérie ont reculé de 25% à 15%. Sur le marché algérien la France est maintenant concurrencée par des pays tels que la Chine.
Les récentes visites servent essentiellement à préserver les intérêts économiques français en Algérie. En donnant le titre de « Monsieur Algérie » à l'ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin, Nicolas Sarkozy lui aurait affirmé qu'il voulait « 50 milliards de dollars des 186 » que l'Algérie dépense pour la réalisation de son plan quinquennal. Même si l'anecdote est difficilement vérifiable, elle exprime bien les intentions du gouvernement français vis-à-vis de l'Algérie.
MS : Les responsables français renvoient systématiquement vers le futur la reconnaissance des crimes coloniaux commis par la France. Peut-il y avoir une véritable réconciliation entre les deux pays sans reconnaissance de ces crimes ?
YG : Le fait que les responsables français renvoient systématiquement vers le futur la reconnaissance des crimes coloniaux commis par la France, est une manière pour eux d'esquiver cette question gênante. Comme sur le fond ils sont opposés à cette reconnaissance, ils pensent qu'en repoussant cette question l'Algérie finira par arrêter de la poser avec le temps. Ils parient sur l'oubli de l'histoire. Cependant, ce calcul est vain car nous voyons qu'avec le temps l'histoire ne s'efface pas de la mémoire des peuples.
Ce pari sur l'oubli est d'autant plus mauvais que la question de la reconnaissance des crimes de la colonisation ne se pose pas uniquement au niveau international dans les relations entre l'Algérie et la France. Elle se pose aussi en politique intérieure française puisque de nombreuses associations ou mouvements de l'immigration exigent cette reconnaissance. Cette revendication de la reconnaissance des crimes coloniaux par les associations ou mouvements de l'immigration s'est faite essentiellement autour de la commémoration des massacres du 8 mai 1945 et du 17 octobre 1961.
Sur le fond du problème, il ne peut évidemment pas y avoir de véritable « réconciliation » entre les deux pays sans qu'il y ait au préalable une reconnaissance des crimes passés. L'exigence de justice et de vérité est un préalable incontournable à l'établissement de nouveaux rapports entre la France et l'Algérie. Sans justice, il ne peut pas y avoir de véritable paix.

La rédaction
Samedi 23 Juillet 2011 - 09:19
Lu 785 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+