REFLEXION

La CNISEL demande l’ouverture d’une enquête sur les législatives

ELLE A EMIS 17 RECOMMANDATIONS

La Commission nationale indépendante de surveillance des élections législatives (Cnisel) demande l’ouverture d’une enquête sur le scrutin du 10 mai. Qualifiant les résultats validés par le Conseil constitutionnel d’« illogiques »



La CNISEL demande l’ouverture d’une enquête sur les législatives
Selon le journal électronique Tsa qui détient une copie   du rapport final ,  la commission, a émis 17 recommandations. Parmi celles ci, l’assainissement du fichier électoral, « en coordination avec tous les partis politiques », la révision de la loi électorale et la suppression du seuil des 5 % qui a disqualifié plusieurs partis lors des législatives et permis une large victoire du FLN malgré un faible nombre de voix. La Cnisel demande aussi l’installation d’une commission de lecture chargée d’étudier les rapports établis dans les 48 wilayas par les partis politiques ayant pris part aux législatives et d’établir un rapport final avant les élections locales prévues en novembre. La suppression des bureaux itinérants, l’ouverture d’une enquête sur le marchandage des listes de candidature, la révision du taux accordé aux femmes sur les listes électorales ainsi que le changement des encadreurs sont autant de mesures qui  permettront à l’avenir de gérer les élections dans les meilleures conditions, selon le même rapport. La Cnisel estime également qu’une seule commission suffit pour surveiller l’opération  électorale. Le rapport final dénonce en effet le manque de coopération et de concertation entre la Cnisel et la Commission nationale de supervision des élections législatives, constituée de magistrats et présidée par Slimane Boudi. En prévision des locales, le rapport recommande, sans détailler sa proposition, l'installation de la commission de surveillance avant la révision du fichier électoral. La Cnisel ne dénie pas aux corps constitués le droit de voter par procuration mais le vote ne devrait intervenir que dans leur ville natale, selon la Commission. Enfin, le rapport insiste sur l’opportunité d’adopter le bulletin unique lors des prochaines élections. Le rapport  évoque aussi le travail des missions étrangères d’observation, notamment celle de l’Union européenne. Le document revient en détail sur les déplacements effectués par les missions d’observateurs au niveau des différentes wilayas. Selon le document  , la délégation de l’Union européenne a outrepassé ses prérogatives .

Ismain
Mardi 29 Mai 2012 - 21:18
Lu 381 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager


1.Posté par Ghodbane3labladi le 31/05/2012 22:05
Bien que je sois contre l'accession des islamistes au pouvoir, je reconnais que les seules élections régulières qui se sont déroulées en Algérie depuis l'indépendances sont celles qui ont été remportées par le le FIS, aussi bien les municipales que les législatives. J'y ai travaillé par deux fois comme président de bureau de vote et j'ai appliqué à la lettre le règlement contenu dans le petit fascicule que le wali de l'époque nous a remis lors de la réunion qui a précédé les élections et qui s'est tenue au siège de la wilaya. Il est vrai que c'était aussi en partie un vote sanction : des électeurs en état d'ivresse se sont présentés au bureau de votre dont j'avais la responsabilité et ont voulu voter FIS sans passer par l'isoloir. J'ai dû avoir recours aux forces de l'ordre pour les obliger à prendre tous les bulletins et à se rendre à l'isoloir. Quelques minutes avant le dépouillement un militant actif du FIS me demanda mon pronostic sur les résultats. Je lui ai répondu :" C'est vous qui allez remporter le premier tour mais il n'y aura pas de deuxième tour et vous n'arriverez jamais au pouvoir." C'est ce qui s'est passé et le militant FIS en question a rasé sa barbe et s'est engagé dans l'armée ! Aux élections présidentielles de 99 j'ai été convoqué comme suppléant pour remplacer une petite secrétaire. Tous mes collègues cadres avaient été convoqués comme suppléants ! Nous avons signé la feuille de présence et nous sommes partis laissant le bureau de vote aux mains des secrétaires, des laborantines et des femmes de ménage. Nous avons compris que le bourrage des urnes était de retour.

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+