REFLEXION

LYCEE IBN RACHIK DE SETIF : De graves négligences dans la gestion des notes



Le lycée est un établissement de savoir qui sanctionne en fin de cycle par un baccalauréat, l’assiduité des élèves, qui les mène aux études supérieures. Le niveau de connaissance est périodiquement vérifié par des contrôles et chaque élève reçoit une note reflétant son niveau réel dans chaque matière. Pourquoi ce rappel d’une évidence qui a cours depuis des siècles ? Supposons un établissement qui contrôle les élèves, mais qui donne des notes qui ne correspondent aucunement au travail et à l’effort fourni? Non pas parce que les enseignants sont sévères, mais plutôt à cause d’une administration défaillante et négligente au point où les élèves se retrouvent avec des notes « modifiées » qui ne correspondent pas à celle que leur ont attribué leurs enseignants. Imaginons le désespoir, la frustration, la colère et les troubles que cela provoque chez les élèves assidus qui se retrouvent avec de mauvaises notes qui ne reflètent pas leurs capacités et les autres qui reçoivent une agréable surprise ; la note de son camarade. Un élève, par exemple, ayant obtenu 17/20 dans une matière qui se retrouve avec un 6/20 et vice versa, doit vraiment être bien constitué pour ne pas se retrouver atteint d’un trouble quelconque faute d’une fâcheuse négligence de l’administration!  : N’est-ce pas révoltant qu’on se joue des adolescents sur des choses qui influent sur leur équilibre et leur personnalité ? C’est très grave de la part d’une institution censée inculquer, la science, le sérieux, la confiance en soi, pour en faire des citoyens cultivés de demain ! Ce lycée -  c’est Ibn Rachik  de Sétif – n’est pas à sa première bourde dans le même cas. C’est toujours l’intervention des parents d’élèves qui oblige l’administration à faire les corrections nécessaires. Les élèves ne peuvent que protester auprès de leurs enseignants qui les renvoient à l’administration qui ne les écoute pas. C’est ainsi à chaque remise des bulletins de notes, c’est-à-dire chaque trimestre à l’issue duquel les élèves restent dans l’angoisse d’une nouvelle surprise. Doivent-ils, en plus des efforts qu’ils doivent fournir pour étudier, subir aussi et encore la peur d’une injustice dans les notes ?  Ce n’est vraiment pas sérieux ! Ce genre de négligence est impardonnable même s’il y a possibilité de rectification ! Cette dernière, cette fois, est remise à plus tard… après les vacances d’hiver… Drôles de vacances pour les élèves touchés !           

Nasser
Mardi 26 Mars 2013 - 10:09
Lu 264 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+