REFLEXION

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT D’ARGENT : Plus de 100 registres de commerce gelés

Selon de sources fiables proches du ministère des finances, pas moins d’une centaine de registres de commerce appartenant à des importateurs nationaux et étrangers, ont été gelés entre 2008 et 2009. Certains, ont importés de produits interdits et d’autres ont versé dans l’évasion fiscale.



LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT D’ARGENT : Plus de 100 registres de commerce gelés
L’état semble décidé à prendre le taureau par les cornes et ne plus permettre ce genre de comportement qui va à l’encontre de toutes les initiatives gouvernementales en matière de développement économique et porte ainsi atteinte à l’économie du pays. Dans ce contexte, l’on a appris également que d’autres registres de commerces subiront le même sort, ces derniers seraient suspectés par les services de l’Etat à des pratiques de blanchiment d’argent. Cet état de fait, a laissé les acteurs concernés au premier chef à l’image de la banque d’Algérie, l’administration fiscale et les douanes algériennes à dénoncer certaines pratiques illégales notamment dans le commerce international qui ne vont pas sans porter de graves préjudices à l’économie du pays. Ces institutions travaillent de concert croit-on savoir et conjuguent leurs efforts dans le seul but de débusquer ces importateurs véreux qui ne reculent devant rien quand il s’agit du gain facile dont une première liste qui suscite des doutes est déjà établie soutient-on. Concernant le blanchiment d’argent, la suspicion est de mise et les banques privées et publiques auraient été instruites d’élaborer des déclarations relatives à toutes les opérations d’importations suspectes. Une cellule du renseignement financier sous la tutelle du ministère des finances aura la charge de diligenter des enquêtes sur la bases des informations et observations qui lui seront parvenues dur les dossiers douteux. Les experts indiquent que 80 % des opérations de blanchiment d’argent passent par les crédits documentaires relatifs à l’import-export, comme ils mettent en garde contre le recours au secteur foncier pour le détournement d’argent. La lutte contre le blanchiment d’argent et tout autre phénomène de fraude incite les services de l’Etat à plus de vigilance et les dispositions introduites dans la loi de finances complémentaire 2009, confirment la volonté de l’Etat à aller jusqu’au bout, car il y va de sa crédibilité, sachant que notre pays ambitionne d’adhérer à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). L’Algérie se doit de renforcer la lutte contre le blanchiment d’argent et assurer une plus grande surveillance par les organismes financiers spécialisés, des transferts de fonds suspects.

Ahmed Mehdi
Mardi 10 Novembre 2009 - 00:01
Lu 312 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+