REFLEXION

LUTTE CONTRE LA PROSTITUTION A LA CORNICHE ORANAISE : Des complexes et des hôtels au-dessus de tout soupçon

La corniche oranaise, peut être un peu plus que les autres corniches du pays, est connue pour être des plus attractives du littoral, mais aussi passe pour un vrai nid de délinquants et de jouissances parfois trop débordantes.



LUTTE CONTRE LA PROSTITUTION A LA CORNICHE ORANAISE : Des complexes et des hôtels au-dessus de tout soupçon
Cet état de faits, a eu pour conséquence que beaucoup de lieux d’hébergement et d’hôtels, se sont mués en de véritables lieux de rendez-vous galants et moins galants et parfois même de prostitution. Cette situation, n’est pas ignorée par les autorités locales, selon des indiscrétions de la presse, et c’est le premier responsable de l’exécutif qui le premier a mis le doigt sur la plaie. La corniche doit être nettoyée de ces lieux, qui il faut bien les nommer, sont devenus des lieux de débauche. Une commission mixte, a été mise sur pied composée d’agents de la Direction du tourisme et de la sûreté et qui aura pour tâche d’inspecter ces lieux. Il faut reconnaître, que la tâche ne sera pas aisée car souvent on est en face d’établissement tout ce qu’il y a de respectable, où l’on peut trouver aussi bien des familles des plus ordinaires que des couples d’une nuit ou d’une journée qui viennent ici s’adonner au plaisir de la chair moyennant quelques billets de banques, c’est ce qui s’appelle tout bonnement de la prostitution. Les « passes », il faut bien le reconnaître, sont devenus un sport national de ce coté là de la ville d’Oran. Dans certains complexes, il est très difficile de faire la part des choses et de se dire que là on est vraiment dans un endroit tout ce qu’il y a de bien. On ne peut jurer de rien, et les mauvaises surprises ne sont pas à écarter. Dans l’un d’eux par exemple et à la réception, un écriteau vous informe que le locataire peut recevoir jusqu’à trois personnes. Quel genre de personne et à quoi peut répondre une telle attention de la part de la direction ? On ne saurait le dire, même si les habitués trouvent que c’est là une pratique qui s’est plutôt généralisée sur le littoral. Pour beaucoup d’estivants, il ne s’agit pas de prendre le seul fait de servir l’alcool comme seul référence pour dire que tel ou tel établissement hôtelier est respectable ou non, car souvent on peut ne pas servir d’alcool mais laisser se pratiquer des agissements tout aussi condamnables ayant un lien direct avec le commerce du sexe. Lutter, donc, contre ce phénomène n’a rien de facile, car trop ambigu et surtout avec des ramifications et des complicités que l’on ne saurait deviner.

Réflexion
Dimanche 14 Août 2011 - 09:49
Lu 1383 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+