REFLEXION

LUTTE CONTRE LA CONTREBANDE : Les marocains souffrent du tour de vis d’Alger

Plus de 18.000 marocains vivaient du trafic de carburant algérien, avant juin, c.à.d. avant que le pouvoir Algérien ne verrouille la frontière terrestre entre le Maroc et l’Algérie .Depuis que l’arsenal militaire algérienne a lâché des contrôles draconiens contre la contrebande, ces milliers de marocains souffrent aujourd’hui du chômage et le litre d’essence coûte plus d’un euro. Témoignages:



"Depuis que les Algériens ont verrouillé la frontière, ma voiture n’a pas bougé", lance, dépité, un habitant vivant de la contrebande dans l’Oriental, région du nord-est du Maroc où la population souffre du récent tour de vis d’Alger contre ce trafic. "Ma voiture transportait jusqu’à une tonne de gazole, deux-trois fois par jour. Aujourd’hui, elle ne sert plus à rien", explique à l’AFP ce trentenaire en sirotant un thé face au poste-frontière de Zouj-Bghal.  La frontière terrestre entre le Maroc et l’Algérie est officiellement fermée depuis 1994. Mais elle n’est pas étanche: des personnes la traversent quotidiennement et la contrebande de carburant et de marchandises y était courante. Mais, en juin, Alger a pris des mesures drastiques et lancé des contrôles massifs à ses frontières. Le gouvernement a souligné que 600.000 voitures roulaient dans les pays voisins avec du carburant de contrebande, un trafic représentant un manque à gagner d’un milliard d’euros pour l’Etat algérien. En Algérie, pays producteur de pétrole, un litre d’essence vaut 23 dinars (0,23 euro) et celui du gazole 13,40 dinars (0,13 euro). Au Maroc, dépourvu à ce jour d’hydrocarbure, le litre d’essence coûte plus d’un euro. La décision algérienne a eu des répercussions sur l’Oriental, région marocaine voisine de plus de deux millions d’habitants. D’autant que plus de 18.000 personnes vivaient, avant juin, du trafic de carburant, d’après Hassan Ammari, de l’Association marocaine des droits humains (AMDH). "Que vont-ils faire maintenant?", enchaîne-t-il. Depuis son accession au trône, en 1999, Mohammed VI s’est efforcé de désenclaver l’Oriental, où de nombreux projets ont été inaugurés. Une autoroute relie à présent en six heures Rabat à Oujda.
 
La décision d’Alger a fait flamber les prix du carburant au Maroc
Mais, de par son éloignement géographique de l’axe atlantique Tanger-Rabat-Casablanca, sa vie économique est restée en partie dépendante des activités frontalières. Première conséquence de la décision d’Alger, les prix du carburant de contrebande ont flambé. De 90 dirhams (8 euros) avant juin, le bidon de 30 litres de gazole est passé à 250 dirhams (22 euros). Aussitôt, les 4.000 grands taxis de l’Oriental ont augmenté leur tarif de 20%. Malgré cela, le compte n’y est pas, clame Fathi Miri, un représentant de la profession. "Nous en avons marre de cette situation. Un jour nous allons enlever les roues de nos voitures et tout bloquer", dit-il. Face aux contrôles renforcés ainsi qu’aux fossés creusés par les autorités algériennes selon les contrebandiers, les ânes sont devenus le seul moyen de franchir la frontière depuis juin. Chargés de bidons, ils sont des centaines à traverser quotidiennement, dès le coucher du soleil, champs d’oliviers et chemins escarpés pour assurer l’approvisionnement en carburant. "L’armée algérienne a tiré récemment sur des ânes et les a tués", relève un habitant sous couvert d’anonymat. La nouvelle donne a poussé certains à passer du transport de carburant à celui des personnes." Je fais rentrer les marocains en Algérie et les Algériens au Maroc", dit l’un d’eux. "Je perçois 300 dirhams (28 euros) pour chaque +client+ transporté. Mais avec l’hiver, il n’y aura plus personne", s’inquiète-t-il. Enfin, pour assurer l’approvisionnement de la région en carburant, le gouvernement marocain a pris des mesures, mais il part de loin: Oujda, ville de 600.000 habitants, ne compte à ce jour que 13 stations-essence. La région reçoit environ 700 tonnes de carburant par jour, afin de compenser partiellement les 300.000 tonnes qui venaient d’Algérie, affirme Mohamed Benkaddor, président de l’Association de protection des consommateurs de l’Oriental (APCO). Joint par l’AFP, le député islamiste d’Oujda, Abdelaziz Aftati, plaide pour une réouverture officielle des frontières. "La coopération entre nos deux pays est une nécessité, malgré les divergences", assure-t-il, alors que le coût de la désunion des pays du Maghreb est estimé à plusieurs points de croissance par an.        (Source Le Jeune Afrique)
 

Ismain
Samedi 28 Septembre 2013 - 10:59
Lu 1345 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+