REFLEXION

LIBYE : KADHAFI INSAISISSABLE, JUSQU’A QUAND ?



Après plus de six mois de guerre, le CNT (Conseil national de transition) peut se réjouir d’avoir réduit le régime de Mouammar Kadhafi presque à néant. Mais le renard du sable mouvant du désert, lui, demeure jusqu’ici insaisissable. Kadhafi, de toute évidence, se montre comme un fantôme dont on voit l’ombre partout et nulle part. Au point que le CNT qui n’est sans doute sûr de rien quant à l’endroit où il se cache, vole vainement de ville en ville à sa recherche. Pour avoir résisté tout ce temps, l’on peut affirmer que le dictateur qui a dirigé la Libye d’une main de fer s’était préparé à la guerre et ne s’imaginait guère hors du pouvoir. Il faisait de la Libye sa propriété privée. En tout cas, même dans les ruines, Kadhafi, comme un Candide, nourrit toujours l’optimisme béat de remporter la guerre contre lui, engagée par les insurgés. Pour preuve, plutôt que de se rendre comme tout bon militaire, quand tout semble perdu pour lui, le "guide" résiste toujours. Mais jusqu’à quand l’homme dont la tête a été mise à prix restera-t-il insaisissable ? Sans doute pas éternellement. Il y a une fin pour toute chose. L’Histoire regorge de dictateurs, aussi roublards que Kadhafi qui ont commis autant de dégâts pour finir par se faire alpaguer comme de pitoyables et pathétiques quidams. Même si le colonel libyen n’y croit visiblement pas, les carottes sont tout de même cuites pour lui. Au CNT qui laisse souvent voir en son sein le désordre, de savoir s’y prendre pour parachever ce conflit sans pour autant céder à la tactique de la terre brûlée du "guide". La guerre est un art. Pour le cas libyen, elle est devenue cette tâche aussi délicate que celle du petit chasseur qui consiste à tirer sur le margouillat agrippé à un canari avec le souci de ne pas casser le récipient. C’est une prouesse certes difficile à réaliser mais pour ne pas mener une guerre pour, in fine, gouverner sur des ruines, les insurgés se doivent de la réaliser à tout prix. Kadhafi cavale toujours. L’homme, tel Fantômas, s’est toujours débrouillé pour éviter de se faire attraper. Et partout où on soupçonne sa présence, on risque d’avoir des affrontements avec pour lourdes conséquences des pertes humaines et matérielles. Le cas échéant, l’après-Kadhafi risque d’être davantage chaotique. Et c’est bien le souhait de ce dernier qui montre de plus en plus qu’il est loin d’être ce "guide" débonnaire au cœur plein d’amour pour le peuple libyen. Mais s’il est certain que celui qui s’était autoproclamé "roi des rois d’Afrique" est aujourd’hui l’unique cible du CNT, ce Conseil doit alors discipliner ses troupes afin d’éviter aux populations un bain de sang inutile.

Ismain
Mardi 6 Septembre 2011 - 11:43
Lu 468 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+